Partager cet article

Un jeune réfugié afghan retrouve ses parents, qui le croyaient mort noyé

Le quotidien Süddeutsche Zeitung et la chaîne de télévision NDR ont partagé la belle histoire de Mahdi Rabani, jeune réfugié afghan, sur Facebook | Capture d’écran/Montage Slate.fr

Le quotidien Süddeutsche Zeitung et la chaîne de télévision NDR ont partagé la belle histoire de Mahdi Rabani, jeune réfugié afghan, sur Facebook | Capture d’écran/Montage Slate.fr

Pendant plus d’un an, les parents de Mahdi Rabani, 10 ans, étaient persuadés de l’avoir perdu lors du voyage en bateau qu’ils avaient effectué entre la Turquie et Lesbos.

Pendant un an, ils l’ont cru mort, noyé dans la mer Égée. Au début de l’année 2015, les parents du jeune Mahdi Rabani ont fui l’Afghanistan et sont arrivés quelques semaines plus tard en Allemagne, persuadés d’avoir perdu leur fils durant le voyage en bateau qu’ils avaient effectué entre la Turquie et l’île grecque de Lesbos. Le quotidien bavarois Süddeutsche Zeitung raconte l’histoire émouvante de cette famille afghane enfin réunie. Car le petit garçon de 10 ans est bien vivant et était parvenu en 2015 à rejoindre la Suisse en compagnie d’une autre famille de migrants.

Ses parents pensaient qu’il était mort durant la traversée de la mer Égée car ils l’avaient perdu de vue au moment d’embarquer, précise le quotidien bavarois:

«Ils se trouvaient dans une forêt avec de nombreux autres migrants en train d’attendre l’arrivée d’un bateau qui devait les amener sur l’île grecque de Lesbos. Mahdi s’est perdu dans la cohue, ses parents et ses frères et sœurs l’ont attendu en vain. Étant donné que d’autres bateaux avaient coulé durant la traversée, la famille a craint le pire. Elle est finalement revenue en Turquie pour y chercher le petit garçon de 10 ans. En vain. Ils sont ensuite partis sans lui en Allemagne.»

Retrouvailles

Les retrouvailles de la famille ont eu lieu lundi 7 mars à l’aéroport de Hanovre, en Basse-Saxe, les parents du garçon résidant désormais dans un village de la région. Cette scène poignante a été immortalisée par la presse allemande, y compris le banquet qui attendait Mahdi à la maison, photographié en long et en large sur le site internet la chaîne de télévision NDR. La mère de l’enfant a affirmé que ce qu’elle ressentait était «indescriptible»; le père a évoqué la tristesse de ces derniers mois:

«Comment se sent-on quand on perd un enfant et croit qu’il est mort?»

Les parents de Mahdi Rabani ont pu retrouver la trace de leur fils grâce à la pugnacité d’un bénévole de la Croix-Rouge, Rani Hijazi, qui a lui-même fui le Liban avec sa famille. Après qu’une des sœurs de Madhi lui a raconté l’histoire tragique de leur fuite vers l’Allemagne, il a mené des recherches durant des semaines, à l’insu des parents, jusqu’à ce qu’il parvienne finalement à localiser le garçon dans le canton de Berne.

Les parents de Mahdi ont annoncé qu’il ne leur restait plus qu’à l’inscrire à l’école du petit village où ils viennent de démarrer une nouvelle vie «et au club de foot».

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte