Partager cet article

Les enfants font plus attention que leurs parents à ce qu'ils postent sur le net

La photo de votre nouveau-né peut tourner sur le net plus longtemps que vous ne pensez. | Tatiana Vdb via Flickr CC License by

La photo de votre nouveau-né peut tourner sur le net plus longtemps que vous ne pensez. | Tatiana Vdb via Flickr CC License by

Des chercheurs des universités de Washington et du Michigan ont mené une étude sur le sujet.

Vous, parents qui postez des photos et vidéos de vos enfants sur le net, savez-vous qu’ils pourraient bien vous le reprocher plus tard? Une équipe de chercheurs universitaires a mené une étude, relayée par la section Well du New York Times, sur les règles que les individus se donnent quant au partage en ligne de photos ou vidéos mettant en scène leur famille. Et la conclusion est étonnante: ce sont les enfants qui font le plus attention.

Ils sont de plus en plus nombreux, les parents, qui, émus ou amusés par le scènes du quotidien où leur nourrisson apprend à marcher, fait une crise de colère, ou encore se tache en mangeant une glace, les filment ou les photographient avant de partager le tout sur le net, via leurs comptes Facebook, Twitter, ou encore YouTube. Certaines comptes Instagram de mamans deviennent même très suivis pour les jolies photos qu’elles postent de leurs enfants.

Empreinte numérique

Tout cela sans mauvaise intention, bien sûr, car ces parents ne pensent qu’amuser leurs amis, et comptent sur l’insignifiance de ces contenus pour ne pas tomber dans de mauvaises mains. Sauf que la viralité potentielle de ces contenus n’est pas toujours prévisible. Stacey Steinberg, l’une des auteurs de l’étude, l’explique:

«Quand les enfants deviennent adolescents, ils vont voir l’empreinte numérique de leur vie d’enfant. Si pour certains, cela ne posera pas de soucis, d’autres pourraient rencontrer des problèmes.»

Les enfants et adolescents, ceux qui grandissent dans le monde connecté d’aujourd’hui, sont ainsi plus alertes et informés sur la viralité des contenus internet.

«Deux fois plus d’enfants expriment leur inquiétude à propos du partage de leur image, de leur vie privée, par les membres de leurs familles, sur Facebook et autres réseaux sociaux, le tout sans permission», affirme Sarita Schoenebeck, co-auteure de l’étude et professeur à l’université du Michigan.

Paranoïa

De quoi rendre les enfants paranos lorsqu’ils voient leur mère ou père dégainer l’appareil photo d’un œil malicieux: car ces clichés ne sont plus uniquement destinées au vieil album photo que l’on ressort aux dîners de famille.

«Je n’aime vraiment pas quand mes parents postent des photos de moi sur les réseaux sociaux, surtout quand j’apprends que des amis à moi sont abonnés à leurs comptes, et peuvent donc voir les clichés», déplorait la jeune Maisy Hoffmann, 14 ans, interrogée par le New York Times.

La règle d’or reste de conserver les photos de son nouveau-né dans la sphère privée. Pour ce qui est des enfants un peu plus âgés, n’oubliez pas de leur demander la permission avant de publier vos clichés! Car en postant VOS photos, ce sont LEUR image que vous exposez.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte