Partager cet article

INFOGRAPHIE. Quinze ans de chiffres surgonflés ou sous-estimés dans les manifestations

Depuis 2002, et à l'exception notable du 11 janvier 2015, le ratio entre le nombre de manifestants comptabilisés par les organisateurs et ceux comptabilisés par la police oscille de 2 à 7.

Les manifestations contre le projet de loi de réforme du Code du travail ont rassemblé, mercredi 9 mars, 224.000 personnes dans toute la France selon les autorités, les organisateurs avançant eux des chiffres compris entre 400.000 (FO) et 500.000 (Unef), avec un point moyen à 450.000 pour la CGT. Cela fait donc environ deux manifestants comptabilisés par les organisateurs pour un comptabilisé par la police.

Un écart habituel, et qui ne se situe même pas dans la fourchette haute des manifestations survenues depuis quinze ans, comme le montre l'infographie ci-dessus, qui illustre le ratio entre le comptage des syndicats et celui de la police des principales manifestations depuis 2002 (réforme des retraites de 2003, manifestations contre l'austérité de 2009, réforme des retraites de 2010...). Ce ratio pourrait néanmoins être amené à augmenter si le mouvement se tend lors de futures manifestations: à l'automne 2010, lors des mobilisations contre la réforme des retraites: il était de 2 au début du mouvement mais avait régulièrement dépassé les 3,5 à la fin.

Des chiffres qui restaient pourtant bien inférieurs à ceux constatés lors des défilés de la «Manif pour tous» en 2013-2014, d'abord contre la loi Taubira puis en défense de la «famille traditionnelle»: limité à 2,4 lors du premier défilé, le ratio avait bondi à près de 7 lors des derniers. Les méthodes de comptage du collectif avaient été vivement critiquées, ce dernier répliquant quant à lui que le gouvernement revoyait les chiffres à la baisse pour tenter de le discréditer. Sa théorie de comptage, reposant sur un ratio entre la surface au sol et la densité de population, avait fini par être démontée. Des experts chargés par le gouvernement de déterminer quelle méthode de comptage était la plus efficace avaient donné raison aux services de police, dont les chiffres étaient plus proches de la réalité. Même si ceux-ci sont souvent sous-estimés, comme en témoigne la méthode que Mediapart suggère pour trouver un chiffre approchant davantage la vérité: «Appliquons la méthode Raymond Barre: chiffre police + chiffre organisateurs, divisé par deux.»

Pointons par ailleurs une manifestation qui fait exception, et ne figure pas sur le graphique: celle du 11 janvier 2015. Ce jour-là, 3,7 million de Français avaient défilé en hommage aux 17 victimes des attaques de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l'Hyper Cacher, et une seule estimation de l'affluence avait été publiée.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte