Monde

Greenpeace sur le toit du parlement britannique

Temps de lecture : 2 min

Trente et un membres de Greenpeace Royaume-Uni ont passé la nuit sur le toit du palais de Westminster, siège du parlement britannique, pour pousser à l'action contre le réchauffement climatique. Ils sont toujours en place.

Du haut de leur perchoir, ils veulent interpeller les députés avec un manifeste en 12 points réclamant le zéro émissions pour 2030, l'arrêt des expansions aéroportuaires, davantage d'éolien et de nouvelles taxes antipollution. Les manifestants ont hissé une bannière: «Changez la politique, sauvez le climat.»

Ce matin Anna Jones, une activiste de Green Peace expliquait en direct du toit: «L'horloge tourne, les scientifiques nous disent que nous n'avons plus que quelques années pour sauver la planète. C'est maintenant qu'il faut mettre en place des politiques nous permettant d'infléchir nos émissions. Mais au lieu de ça notre gouvernement est prêt à nous engager dans des projets à émissions élevées comme la troisième piste d'Heathrow

L'escalade clandestine s'est faite hier soir, sans grande résistance de la police d'après les intéressés. 23 manifestants ont tout de même été arrêtés à leur descente dans la nuit pour avoir pénétré un site interdit. Depuis, Greenpeace a donné des nouvelles de l'opération sur son fil twitter.

[Lire l'article complet sur le Guardian]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Bannière de greenpeace sur le toit de Westminster Haal par greenpeaceuk via Twitpic

Newsletters

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 14 au 20 septembre

Plongée dans la logorrhée du président américain.

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

La génération Z ne consomme pas de la même façon aux quatre coins du monde

Si les jeunes nés après 1997 partagent un intérêt commun pour certaines grandes marques, ils ne constituent pas une cible marketing homogène selon les pays.

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

Privée de dollars, l'Argentine parie sur les cryptomonnaies

La capitale Buenos Aires serait la deuxième ville la plus crypto-friendly au monde.

Newsletters