Casse-toi, pauvre panda!

Le bébé panda Bei Bei à Washington, le 16 janvier 2016. Olivier Douliery/AFP.

Le bébé panda Bei Bei à Washington, le 16 janvier 2016. Olivier Douliery/AFP.

Les pandas ne méritent pas notre fascination: ce sont les animaux les plus emmerdants que vous puissiez imaginer.

Difficile de passer une journée sur internet sans tomber sur une photo de panda. Qu'il s'agisse du Premier ministre canadien Justin Trudeau câlinant des bébés pandas ou de l'arrivée de deux pandas géants offerts par la Chine en Corée du Sud, ces derniers jours n'ont pas fait exception. Mais ces grosses boules de fourrure méritent-elles vraiment notre fascination? En 1999, David Plotz, futur rédacteur en chef de Slate.com, publiait cette nécrologie acide de Hsing-Hsing, panda géant offert aux États-Unis par le gouvernement chinois.

Hsing-Hsing et moi, nous avons grandi ensemble. Je suis arrivé à Washington fin 1970, j'étais un bébé de six mois. Il a fait son entrée au Parc zoologique national un an plus tard. Enfant, avec ma famille, j'ai rendu visite à Hsing-Hsing et Ling-Ling, sa compagne de cellule, plus souvent qu'à mon tour. Ces six dernières années, j'ai été son voisin et une semaine s'est rarement écoulée sans que j'aille courir ou me promener dans les environs du zoo. D'ourson, j'ai vu Hsing-Hsing mûrir et devenir un panda géant et j'ai suivi, avec toute l'attention du monde, ses tribulations reproductives avec Ling-Ling.

Je connaissais ce panda. C'est donc du fond de mon cœur que je peux dire: bon débarras, sale demi-ours.

Ce qui fait de moi un cas isolé. D'ordinaire, Hsing-Hsing et Ling-Ling, morte en 1992, étaient du genre à faire hurler d'amour. Au moment de sa disparition, Hsing-Hsing était l'un des animaux les plus célèbres au monde. Plus de 60 millions de personnes lui avaient rendu visite durant sa détention à perpétuité au zoo de Washington. Une pandaphilie qui allait même transformer le Washington Post en organe de propagande. Selon les nécrologies, Hsing-Hsing «enchantait» et «captivait» les visiteurs. Il était un merveilleux «diplomate» entre la Chine et les États-Unis. Il était le plus «gentil», le plus adorable, le plus «câlin» de tous les animaux. «Il n'y aura jamais trop de peluches dans le monde», se lamenta le quotidien dans son hommage.

Pour George Schaller, éminent biologiste spécialiste de ces créatures, les pandas géants sont les animaux symboliques parfaits. Avec leur belle fourrure, leur démarche pataude et leur tête d'abruti, ils semblent incarner l'innocence, l'infantilité et la fragilité. Et c'est aussi l'image que les militants de la protection des espèces menacées leur ont soigneusement cultivée. Reste que sous ces abords affables se cache un ennui mortel. Tant qu'à anthropomorphiser ces bestioles, autant faire preuve de réalisme. L'idée que les pandas seraient mignons et géniaux est absolument ridicule.

Les pandas n'ont pas mauvais fond, c'est encore pire: ils n'ont pas de fond du tout

Les pandas n'ont pas un mauvais fond, c'est encore pire: ils n'ont pas de fond du tout. Ce sont les animaux les plus emmerdants que vous puissiez imaginer. Ils sont profondément antisociaux et détestent les interactions, que ce soit avec des humains ou leurs congénères. Toutes les fois où j'ai pu me rendre dans leurs quartiers ou devant leurs cellules, jamais je ne les ai vus faire preuve d'espièglerie, d'affection, d'énergie ou même de violence. Par rapport à n'importe quel animal de zoo –les singes, les félins, les phoques, les chiens de prairie ou les serpents–, les pandas sont plus chiants que la pluie. Leur existence n'est qu'une longue et pénible plage de neurasthénie. Ce sont des mollusques à poils. Ils sont atrocement paresseux, tellement qu'ils rechignent à grimper aux arbres par peur de se fatiguer. Toute leur vie, ils ne font que dormir et manger du bambou. (Non pas qu'il y ait le moindre mal à manger et dormir –c'est personnellement l'idée que je me fais de la vie idéale– mais cela n'a vraiment rien de passionnant)

En outre, Hsing-Hsing et Ling-Ling ne se contentaient pas d'être insipides, ils étaient mal-aimables. Le confinement déprime les animaux de zoo, et les pandas n'ont pas fait exception. Ils étaient plus proches du psychopathe que du doudou. Un jour, sans la moindre provocation, Ling-Ling a sauté sur un de ses soigneurs et l'a mordu à la cheville.

Et si les tentatives coïtales du couple ont été présentées comme un opéra comique, elles relevaient davantage du film d'horreur. Au départ, Hsing-Hsing n'avait pas réussi à féconder Ling-Ling parce qu'il avait voulu pénétrer son bras et son oreille. (Une gaucherie peut-être due au fait qu'il n'avait jamais appris à copuler dans son espace naturel). Ensuite, le zoo de Washington était allé chercher à Londres un nouveau compagnon pour Ling-Ling. Il l'avait tabassée (trop bien, l'amabilité des pandas).

Après dix ans d'efforts, Hsing-Hsing allait enfin réussir à trouver le bon trou et, entre 1983 et 1989, Ling-Ling donna naissance à cinq petits, qui moururent tous en quelques jours. Pour l'un, parce que Ling-Ling s'était assise dessus. Un autre a visiblement succombé à une infection urinaire transmise par Ling-Ling. Selon les soigneurs, Ling-Ling s'était elle-même infectée en s'introduisant des carottes et des tiges de bambou dans l’urètre. Un comportement pas du tout névrotique.

Le zoo de Washington négocie actuellement avec la Chine pour remplacer ses pandas morts. A l'époque, Mao Zedong avait offert Hsing-Hsing et Ling-Ling aux États-Unis, mais aujourd'hui, l'ouverture du marché chinois a rendu l'Empire du milieu bien plus pragmatique. Les cinq pandas hébergés pas les zoos américains sont des prêts à long terme, facturés un million de dollars par an et par couple. La Chine a proposé une promo au zoo de Washington: 8 millions pour dix ans. L'établissement a répondu 2,5 millions. Je dis: qu'ils gardent leurs sous, laissent les pandas dans la nature et achètent plutôt des phoques. Après tout, le zoo projette d'empailler Hsing-Hsing. C'est parfait. Qu'ils lui mettent des bambous dans les pattes et le collent dans son ancienne cage en disant qu'il s'agit d'un nouveau panda. Personne ne verra la différence.

Partager cet article