Tech & internet / Culture

«La Disparition» de Perec, expliqué sans «e», mais avec des emojis

Temps de lecture : 2 min

Pour fêter les 80 ans de la naissance de Georges Perec, nous vous proposons un petit exercice de style, toujours sans «e», mais remis au goût du jour.

Montage Slate.fr
Montage Slate.fr

Quand il publie son roman La Disparition en 1969, Georges Perec fascine son public en écrivant un texte sans aucun mot contenant la lettre «e», un exploit. Un lipogramme qui s'inscrit parfaitement dans le mouvement de l'Oulipo, «l'ouvroir de littérature potentielle» dont étaient membres Perec ou Raymond Queneau, qui s'étaient donnés pour mission de trouver des contraintes d'écriture susceptible de décupler leur potentiel créatif.

À l'occasion des 80 ans de la naissance de Georges Perec, Google a décidé de célébrer l'homme en perdant son propre «e» sur sa page d'accueil. De notre côté, nous avons décidé de publier un petit texte explicatif de son célèbre roman, sans aucun «e» mais avec des emojis. Ces petits dessins qui envahissent notre environnement numérique ont pris une telle importance que l'on commence à se demander s'ils ne pourraient pas devenir un jour un langage à part entière. S'il apparaît difficile de construire un propos élaboré sans la lettre la plus populaire du dictionnaire, on notera néanmoins que l'usage d'emojis, aussi décrié soit-il, permet de remédier en partie à l'absence de «e», l'imagination permettant de combler les vides. Un exercice qui, à sa petite échelle, correspond aux exigeances de «l'ouvroir de littérature potentielle».

Vincent Manilève Journaliste

Newsletters

Les stars autoproclamées d'Instagram rendent fous les hôtels de luxe

Les stars autoproclamées d'Instagram rendent fous les hôtels de luxe

L'ère des «influenceurs» a mis le marketing à portée de main: il n'en demeure pas moins soumis aux logiques du marché.

Vous pensez ne pas pouvoir vous passer de Facebook? En fait, c’est Facebook qui ne peut se passer de vous

Vous pensez ne pas pouvoir vous passer de Facebook? En fait, c’est Facebook qui ne peut se passer de vous

J’ai délaissé Facebook dix jours. Dix jours durant lesquels le réseau social a eu très peur que je l’oublie.

L'«orbiting» peut vous faire aussi mal que le «ghosting»

L'«orbiting» peut vous faire aussi mal que le «ghosting»

Quelqu'un disparaît de votre vie, vous ignore, mais apparaît toujours dans votre vie numérique.

Newsletters