Égalités / LGBTQ

Pour atteindre le même poste qu'un hétéro, femmes et homos doivent débourser beaucoup plus

Temps de lecture : 2 min

Vivienne Ming s'est amusée à convertir en dollars l'expérience et les diplômes demandés en plus aux personnes issues de minorités.

Des billets de 500 euros le 12 février 2016. Crédit: MIGUEL MEDINA / AFP
Des billets de 500 euros le 12 février 2016. Crédit: MIGUEL MEDINA / AFP

La spécialiste du Big Data Vivienne Ming a eu une idée géniale: convertir en dollars l’expérience ou les diplômes accumulés en plus par une femme ou une personne homosexuelle par rapport à un homme blanc hétéro. Pour le dire autrement, elle a cherché à savoir combien coûte le fait d'appartenir à une «minorité». Le résultat, rapporté par Quartz et Gay Star News, est criant.

Selon cette experte de l’évaluation de talents, un gay en Angleterre devra débourser au cours de sa carrière 54.000 dollars de plus, soit environ 50.000 euros, pour obtenir le même poste que son alter-ego hétérosexuel (en obtenant un diplôme de plus, par exemple). Pour les femmes qui envisagent de travailler dans le secteur des nouvelles technologies aux États-Unis, cette «taxe», comme Vivienne Ming l’appelle, est encore plus importante: elle serait d’au moins 100.000 dollars (91.000 euros), et s'élèverait jusqu’à 300.000 dollars (273.000 euros). À Hong-Kong ou Singapour, la facture est encore plus salée: de 800.000 dollars à 1,5 million de dollars….

Pure déperdition

Souvent, ces discriminations ne sont tout simplement pas vues par les employeurs, explique la co-fondatrice de la société Socos, qui délivrait un aperçu de ses recherches lors d’une conférence à Londres organisée par le magazine The Economist. Elle cite le cas d’un patron qui pour un même job employait des hommes avec divers diplômes: licence, master ou thèse. Mais les femmes employées à ce poste étaient toutes titulaires d’un doctorat.

«Cette taxe ne finance aucune route ni aucune école. C’est une pure déperdition d’énergie», regrette Vivienne Ming.

Et c'est aussi une formidable injustice.

Newsletters

Les hommes connaissent-ils mal leur sexe?

Les hommes connaissent-ils mal leur sexe?

Désir, émotions érotiques, plaisir prostatique, vasectomie: mal informés, les hommes en 2020 ont encore du mal à discuter de leur membre sans rougir.

Pour les femmes, se masturber, c'est pas gagné

Pour les femmes, se masturber, c'est pas gagné

Les Françaises sont 26% à déclarer ne pas pratiquer l'onanisme contre 5% des hommes. Les inégalités de genre se nicheraient-elles jusque dans nos culottes?

Les parents ne voient pas du même œil la sexualité de leur fils et de leur fille

Les parents ne voient pas du même œil la sexualité de leur fils et de leur fille

L'âge du premier rapport sexuel a beau être quasi équivalent pour les filles et les garçons, les parents n'envisagent pas la vie intime de leur enfant de la même manière selon son sexe.

Newsletters