Partager cet article

Y a-t-il des nuages sur Pluton?

Pluton pourrait-elle faire son retour parmi les planètes reconnues ?  | NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute via Wikimedia Commons License by

Pluton pourrait-elle faire son retour parmi les planètes reconnues ? | NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute via Wikimedia Commons License by

Des photos prises en juillet 2015 par le satellite américain New Horizons montrent à la surface de Pluton ce qui s’apparente à des nuages.

On rêve de rencontrer des extraterrestres, mais il y reste encore beaucoup à découvrir dans notre système solaire. Le satellite de l’agence spatiale américaine New Horizons a envoyé des photos de la surface de Pluton, prises en juillet 2015, où l’on pouvait apercevoir la présence de brumes éparses au-dessus des montagnes glacées. Mais selon New Scientist, certains chercheurs ont constaté la présence de nuages individuels, attestant d’une diversité atmosphérique plus riche que ce que l’on pensait.

New Scientist révèle l’existence d’une discussion entre chercheurs vouée à l’analyse des photos de New Horizons, dans laquelle Will Grundy, de l’Observatoire Lowell (Arizona), s’est exprimé, en joignant une photo disponible ici:

«Il y a quelques traces (de nuage, ndlr) localisées à basse altitude […] que j’ai désigné avec des flèches, mais également un nuage […] que j’ai entouré»

Le chercheur n’a pas encore pu obtenir l’aval de la communauté scientifique. En effet, les photos ne permettent pas de constater si ce potentiel nuage est réel, car il est difficile de voir si une ombre est projetée au sol.

Le 1er mars 2016, John Spencer, du Southwest Reseach Institute in Boulder, au Colorado, avait déjà joint une photo à la discussion, montrant un nuage semblant flotter à la surface de Pluton.

Selon toute vraisemblance, ces nuages devraient être composés d’azote, de méthane, d’acétylène, d’éthylène et d’éthane, comme le suggère New Scientist.

De nouvelles données devraient parvenir du satellite d’ici la fin de l’année 2016.

En tout cas, cette découverte, si elle est avérée, pourrait relancer le débat concernant le statut de Pluton. La planète la plus éloignée du Soleil de notre système solaire avait été dévaluée en planète naine en 2006, à cause de sa petite taille et de son orbite excentrique.

Mise à jour du 8 mars à 9h20: un de nos lecteurs nous a judicieusement fait remarquer que la première version de cet article comportait une traduction erronée du mot nitrogen en anglais, qui se traduit par azote.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte