Culture

Spotify analyse les goûts de 50.000 hipsters pour ses playlists de découverte musicale

Temps de lecture : 2 min

Quand les hipsters rencontrent les algorithmes.

hipster / Joel Bedford via Flickr CC License By
hipster / Joel Bedford via Flickr CC License By

Le géant du streaming légal (et payant) Spotify recueille depuis quelques années des données sur des blogs et sites de musique tiers, afin d’identifier quels sont les artistes dont on parlera –et qu’on écoutera– demain. Le site Quartz explique comment ces données aident Spotify à proposer des playlists hebdomadaires de découverte, proposées depuis 2015, et depuis le début du mois de mars par genre musical, en s'appuyant sur un énorme «focus group» d'abonnés au site.

Une fois les artistes émergents identifiés, Spotify repère dans sa base 50.000 utilisateurs qui les écoutent déjà. Certains artistes sont si confidentiels qu’ils ne sont pas encore sur Spotify, mais la philosophie du site est de considérer que tout morceau ou artiste qu’écoutent ces early adopters peut figurer dans une playlist de découvertes musicales. Les morceaux sont ventilés manuellement ou plutôt auditivement, dans les cinq sous-genres de playlist: hip-hop, electro, pop vocale, guitare et expérimental.

En d’autres termes, explique Quartz, le site a réussi à mettre à profit les habitudes d’écoute de 50.000 hipsters abonnés pour composer des playlists que le grand public peut ensuite découvrir. Une sorte d’automatisation des cycles de la mode, même si la méthode mêle curation humaine et algorithmes. Une telle capacité d’anticipation pourrait, souligne l’article, être mise à profit, un peu sur le modèle de Netflix qui, à force d’étudier les goûts de ses abonnés, a fini par se lancer dans la production... Mais Spotify n’a pour le moment annoncé aucun projet de la sorte.

Le site ne prévient pas les utilisateurs qui ont le privilège d’être les prescripteurs de ses millions d'abonnés, et celui de... travailler gratuitement. Mais ces derniers pourront toujours garder la satisfaction, poursuit le site Vox, de pouvoir vous dire: «Je connaissais ce groupe avant qu’il soit connu».

Slate.fr

Newsletters

Le Luberon de Willy Ronis

Le Luberon de Willy Ronis

«Willy Ronis a découvert le Luberon en 1947 et a fini par s'y installer définitivement, en 1972. Il y a mené de nombreux reportages et avait en permanence son appareil photo avec lui, avec l'envie, toujours, de montrer les gens au...

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

«Unbelievable», série palpitante et indispensable

La nouvelle série Netflix n'est pas que le portrait d'une femme victime d'un prédateur puis d'un système sexiste et défaillant.

Près de 92 % de la population étudiante est plus concentrée en lisant sur papier

Près de 92 % de la population étudiante est plus concentrée en lisant sur papier

Ce support est propice aux annotations.

Newsletters