Un an après, les chercheurs planchent toujours sur la robe bleue et noire

La fameuse robe qui a enflammé internet le 25 février 2015

La fameuse robe qui a enflammé internet le 25 février 2015

Les scientifiques n’arrivent pas à reproduire ce type d’image ni à savoir à quoi sont dues les différentes interprétations de la luminosité.

Fin février 2015, le phénomème #thedress, cette robe que certains voyaient bleue et noire et d’autres blanche et dorée, est devenu un sujet de conversation à travers le monde. Mais ce contenu viral apparemment trivial a aussi généré un nombre impressionnant d’études scientifiques.

En juin de la même année, la revue Journal of Vision, spécialisée dans la neuroscience et la psychologie du système visuel, publie un numéro spécial entièrement dédié à l’illusion optique de la robe.

Dans Slate.com, le chercheur en psychologie Pascal Wallisch rappelle que c’était la première fois qu’une image colorée avait été interprétée de façons si radicalement différentes. Malgré les nombreuses études sur le phénomène, notre compréhension est limitée par le fait que les scientifiques n’arrivent pas à reproduire ce type d’image. 

«Le fait que ce genre d’image ne puisse pas être généré à volonté suggère que nous ne comprenons pas vraiment ce qui crée cette ambiguïté», écrit Wallisch.

Contre-jour

Ce que l’on sait, c’est qu’il y a illusion car la source de lumière sur la photo est indéterminée et interprétée différemment suivant les personnes. Certaines parties de l’image semblent être à contre-jour (donc dans une ombre bleutée) alors que d’autres parties semblent illuminées par le haut. La perception des couleurs dépend de la façon dont la personne interprète la luminosité de l’image.

Pourquoi certaines personnes voient la robe dans l’ombre alors que d’autres la voient comme illuminée par en haut?

Lorsque le cerveau détermine la couleur d’un objet, il prend l’éclairage en compte. S’il ne le faisait pas, l’identité de l’objet ne serait pas constante: le même objet serait différent selon la source de lumière. Afin de garder la constance de la couleur, le cerveau rejette donc l’effet de l’éclairage présumé. Si vous imaginez que la lumière dans la photo de la robe est dans une ombre bleutée, votre cerveau soustrait du bleu de l’image de la robe, ce qui fait que le tissu a l’air plus blanc et jaune. Et c’est l’inverse si vous imaginez que la lumière est jaune.

Mais, comme l’explique Wallisch, à partir de là, une question fondamentale demeure: pourquoi certaines personnes voient la robe dans l’ombre alors que d’autres la voient comme illuminée par en haut? Les scientifiques ont émis de nombreuses hypothèses sur la question. Des biologistes de la société de génomique 23andMe ont regardé si la perception était influencée par les gènes, mais ils n’ont pas trouvé de corrélation. Des neuroscientifiques se sont demandé si les différences de perception n’étaient pas liées à une question de langue, à la façon dont les gens choisissent de classifier les couleurs, mais ce n’était pas le cas. Et des chercheurs en Inde ont conclu que la taille des pupilles avait un impact: les gens avec des pupilles plus petites avaient plus tendance à voir la robe blanche et dorée.

Couche-tard

Quant à Pascal Wallisch, il s’est intéressé à l’impact du mode de vie sur la perception de la robe et, via un sondage de 8.000 lecteurs de Slate.com, il a trouvé que les lève-tôt avait plutôt tendance à voir la robe blanche et or, alors que les couche-tard la voyaient plus bleue et noire. Cette différence s’explique par le fait que les personnes qui se lèvent tôt sont en général plus exposées à la lumière naturelle (bleutée) que les gens qui vivent la nuit et voient plus de lumière artificielle (jaune). Les couche-tard sont donc plus habitués à interpréter les images ambiguës comme étant illuminées par un type de lumière jaune.

Une nouvelle image ambiguë, quoique moins efficace, vient d’être postée sur les réseaux sociaux: il s’agit d’une veste Adidas que certains voient blanche et bleue et d’autres marron et noire.

À partir de cette image, Wallisch aimerait savoir s’il peut trouver une corrélation du type: ceux qui ont vu la robe bleue voient la veste bleue. Et vérifier si les résultats correspondent aussi à son hypothèse sur les lève-tôt et les couche-tard.

Partager cet article