La taille des mains reflète-t-elle (vraiment) celle du pénis?

Donald Trump lors d'un discours à Orlando, en Floride, le 13 novembre 2015. Joe Raedle/AFP

Donald Trump lors d'un discours à Orlando, en Floride, le 13 novembre 2015. Joe Raedle/AFP

Pour la science, une certaine corrélation existe, mais ce n'est pas forcément celle à laquelle on pense.

En plein débat télévisé pour la primaire des Républicains, ce jeudi 3 mars 2016, le candidat Donald Trump s'est défendu sur la taille de son pénis. Oui, vous avez bien lu, sur la taille de son pénis. En direct, le milliardaire américain a répliqué à une remarque de son adversaire Marco Rubio qui avait moqué, quelques jours plus tôt, la taille de ses doigts.

Cette référence de Marco Rubio au journal Spy qui en 1988 avait qualifié Trump de «rustre aux petits doigts» a été assimilée par son adversaire à une idée reçue très répandue selon laquelle la taille des mains (ou des pieds) permettrait de se faire une idée précise de la taille du sexe chez un homme. Mais, scientifiquement, quel crédit peut-on donner à cette théorie? 

Index et annulaire

Pour en avoir le cœur net, Quartz s'est penché sur les études disponibles sur le sujet. L'une d'entre elles, publiée dans l'Asian Journal of Andrology en 2011 et menée en Corée du Sud sur un échantillon (assez réduit, notons-le) de 144 hommes adultes, s'était intéressée non pas à la taille des mains, mais plutôt à celle des doigts. Et, selon les auteurs de l'étude, il y aurait bien une corrélation, rapportait Reuters.

En clair, l'étude affirme que si l'index est plus court que l'annulaire, alors le pénis sera en moyenne plus grand. À l'inverse, «si l'index a tendance à rivaliser avec l’annulaire, le sexe sera en moyenne plus petit», notait Pierre Barthélémy sur notre blog Globule et télescope après la publication de l'étude. Rien ne prouve, en revanche, qu'avoir de petits doigts –ou de petites mains– influe directement sur la taille du sexe chez l'homme. Ce n'est donc pas vraiment la taille des doigts qui compte, mais plutôt l'écart qui les sépare.

Exposition aux androgènes

Le ratio entre l'index et l'annuaire –aussi appelé rapport 2D:4D ou indice de Manning– a été un sujet largement étudié au cours des dernières années. Dans son billet de blog, Pierre Barthélémy résumait ainsi les travaux scientifiques menés sur le sujet jusque-là:

«Les chercheurs estiment, sans en être complètement certains, qu’il pourrait s’agir là d’un indice du taux d’exposition prénatale aux androgènes. Pour le dire clairement, ils pensent que plus le fœtus a fabriqué d’hormones androgènes, plus cela se verra dans le rapport entre ces deux doigts. En effet, le développement des membres (y compris celui des doigts et des orteils) est contrôlé par les mêmes gènes que ceux qui s’occupent du développement du système génital.»

Partager cet article