France

Affaire Mitterrand: Besson, Mélenchon et Besancenot allument Hamon

Slate.fr, mis à jour le 11.10.2009 à 16 h 23

Le ministre de l'Immigration Eric Besson a qualifié dimanche 11 octobre le porte-parole du parti socialiste Benoît Hamon de «porte-parole de Marine Le Pen» pour ses attaques à l'encontre du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand. A gauche, Jean-Luc Mélenchon dénonce lui aussi «un système infâme qui s'appelle le pilori».

«Voir Benoît Hamon, en une semaine, passer de porte-parole du Parti socialiste à porte-parole de Marine Le Pen c'est une régression redoutable», a déclaré Eric Besson sur l'antenne de Canal+. Le porte-parole du PS avait qualifié le 7 octobre de «choquant» le livre publié en 2005 par Frédéric Mitterrand «Mauvaise vie» qui raconte des épisodes de tourisme sexuel, dénonçant un «ministre consommateur» et demandant sa démission. Il s'en était prix notamment au fait «qu'un homme puisse justifier, à l'abri d'un récit littéraire, le tourisme sexuel» et avait prévenu que «l'affaire laissera des traces.»

«Il ne faut pas confondre homosexualité et pédophilie», a encore déclaré Eric Besson, jugeant que Frédéric Mitterrand avait «bien fait» de ne pas démissionner malgré la polémique.

De son côté, le président du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a critiqué les attaques contre Frédéric Mitterrand pour son livre. «On sort ça quatre ans après avec une citation truquée et aussitôt sort l'armée des jeteurs de pierres. Ca, c'est inacceptable», a-t-il dit sur l'antenne d'Europe 1.
«Je ne suis vraiment pas quelqu'un qui a la moindre complaisance pour Frédéric Mitterrand (...) Mais là où ça ne va plus, c'est quand on vient dans ce système infâme qui s'appelle le pilori», a ajouté l'ancien membre du PS.

Enfin toujours sur Canal+, le porte-parole du Nouveau parti anti-capitaliste (NPA), le trotskiste Olivier Besancenot, s'est dit «super emmerdé» par la polémique. «Je ne suis pas son avocat, je ne suis pas son juge non plus», a-t-il déclaré.

Samedi 10 octobre, Martine Aubry la Première Secrétaire du Parti Socialiste a voulu mettre un terme à la polémique autour de Frédéric Mitterrand. Elle a déclaré que l'affaire était terminée, ajoutant qu'elle avait «horreur qu'on s'attaque aux hommes et aux femmes». Interrogée à son arrivée à une Convention du PS à La Défense, elle a notamment dit: «Oui, nous avons pris acte. Maintenant passons à ce qui intéresse vraiment les Français: le chômage, la crise, le pouvoir d'achat qui stagne... Il faut arrêter toutes les histoires personnelles».

[Lire l'article complet sur l'AFP]

Lire également: Frédéric Mitterrand, une cible trop facile, Sarkozy piégé par les intellos de gauche, Frédéric Mitterrand s'insurge contre de nouvelles attaques «dégueulasses» et Pour Martine Aubry, l'affaire Mitterrand est terminée.


Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr


Image de Une: Benoît Hamon Gonzalo Fuentes / Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte