Allemagne

Un député écolo allemand s’est fait pincer avec une drogue de synthèse

Temps de lecture : 2 min

Volker Beck s’est fait contrôler par la police alors qu’il était en possession de drogue, probablement de la méthamphétamine.

Saisie de 4 kg de métamphétamine à Wiesbaden, en Allemagne, le 13 novembre 2014 (image d’illustration) | DANIEL ROLAND/AFP
Saisie de 4 kg de métamphétamine à Wiesbaden, en Allemagne, le 13 novembre 2014 (image d’illustration) | DANIEL ROLAND/AFP

Contrôlé mardi 1er mars au soir par la police berlinoise alors qu’il circulait dans le quartier de Schöneberg, l’homme politique Volker Beck, une des figures emblématiques du parti écologiste allemand Bündis 90/Die Grüne, s’est fait prendre en possession de 0,6 gramme de drogue, rapporte le site internet de la chaîne de radio internationale Deutsche Welle, se basant sur un scoop révélé par le tabloïd allemand Bildzeitung, qui précise qu’il s’agissait «probablement de crystal meth», cette drogue de synthèse popularisée par la série américaine Breaking Bad et qui remporte aujourd’hui un succès grandissant auprès des fêtards. D’après l’hebdomadaire Der Spiegel, la quantité qu’avait Volker Beck sur lui correspondait à six doses.

Fidèle à sa réputation de ne pas faire dans le dentelle, le Bildzeitung n’a rien trouvé de mieux que de titrer en une son édition papier du jeudi 3 mars «L’écologiste s’est fait prendre avec la drogue d’Hitler», faisant référence à un ouvrage qui se penche sur l’usage de la méthamphétamine au sein de la Wehrmacht et qui avait fait grand bruit en Allemagne à sa sortie en 2015. Nous vous en parlions alors sur Slate.fr. Cette comparaison a déclenché une nuée de commentaires outrés et moqueurs sur les réseaux sociaux, comme le rapporte le site spécialisé Meedia.

Face à cette tempête médiatique, la réaction de Volker Beck ne s’est pas fait attendre. Le député au Bundestag a annoncé mercredi 2 mars dans la soirée sur son site internet qu’il renonçait dès à présent à ses fonctions de porte-parole de la fraction des Verts au Bundestag sur les questions liées à la politique intérieure et à la politique religieuse ainsi que de président du groupe parlementaire germano-israélien, tout en précisant qu’il avait «toujours représenté une politique libérale en matière de drogues».

Réputation ébranlée

Volker Beck conserve toutefois son mandat de député au Bundestag. Mais cet incident pourrait signer la fin de sa carrière politique, comme l’estiment plusieurs médias allemands. La réputation de Volker Beck a déjà été sérieusement ébranlée en 2013 lorsqu’il a été révélé qu’il avait cosigné des textes prônant les relations sexuelles entre adultes et mineurs sous l’égide du parti écologiste allemand. Nous vous en parlions alors sur Slate.fr. Ces révélations l’avaient contraint à démissionner de son poste de directeur du groupe Les Verts/Alliance 90 au Bundestag.

Der Spiegel rappelle l’importance du député au sein du parti écologiste:

«Beck est une des têtes les plus connues des Verts. Il est depuis les années 1990 au Bundestag, et aussi souvent dans les talk-shows. Au côté de Claudia Roth, il est considéré comme le plus grand moralisateur de son parti, ce qui lui a mis à dos beaucoup de gens dans ses propres rangs. […] Mais Beck est toutefois considéré au sein des Verts, tous courants confondus, comme un homme politique de premier plan. En particulier en raison de son engagement pour les gays et les lesbiennes, et parce que, d’une certaine façon, il fait partie des meubles du parti.»

Activiste homosexuel, Volker Beck est l’un des grands défenseurs du mariage homosexuel en Allemagne et un des artisans du partenariat enregistré, adopté en 2001 outre-Rhin. Il s’était lui-même uni en 2008 à l’entrepreneur français Jacques Teyssier, décédé des suites d’un cancer l’année suivante.

Le scandale autour de Volker Beck pourrait également nuire à son parti, à seulement quelques jours des élections régionales dans le Bade-Wurtemberg, la Rhénanie-Palatinat et la Saxe-Anhalt, qui auront lieu le 13 mars 2016.

Slate.fr

Newsletters

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Un manuel des forces soviétiques de 1974 recense de nombreux conseils à destination des instructeurs.

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Newsletters