Le manque de sommeil a le même effet que le cannabis: il donne faim

Tellement faim | Aidan Jones via Flickr CC License by

Tellement faim | Aidan Jones via Flickr CC License by

D’après une étude, une nuit trop courte augmente l’envie de manger des choses caloriques et active les mêmes mécanismes que la prise de marijuana.

Vous avez peut-être constaté empiriquement qu’une nuit trop courte donne des envies de nourriture roborative. De nombreuses études montrent déjà que le manque de sommeil augmente la sensation de faim voire le risque d’obésité, notamment en perturbant les hormones qui régissent l’appétit et la satiété, mais les raisons sont multiples et complexes. Une étude publiée le 1er mars dans la revue Sleep apporte sa pierre à l’édifice, en affirmant qu’une nuit trop courte peut déclencher des puissants changements dans la façon dont on mange.

Des chercheurs de l’Université de médecine de Chicago ont mené une étude de petite taille mais «extrêmement contrôlée», selon le Washington Post. Ils ont observé les comportements alimentaires de quatorze jeunes hommes et femmes. Dans la première situation testée, pendant quatre jours, les cobayes ont passé huit heures et trente minutes au lit, en dormant en moyenne sept heures et demie par nuit. Dans la seconde situation, ils étaient privés de sommeil pendant quatre jours: seulement quatre heures trente au lit, pour un peu plus de quatre heures de sommeil en moyenne. Dans les deux cas, les participants ont mangé trois fois par jour: à 9 heures, 14 heures et 19 heures. 

En pratique, ceux qui ont subi une nuit très raccourcie ont mangé, en moyenne, 300 calories de plus par jour (la plupart sous forme de glucides et lipides) que les autres, et consommé presque deux fois plus de graisses. On pourrait penser que rester éveillé plus longtemps pousse le corps à ingurgiter plus de calories pour obtenir de l’énergie supplémentaire mais les participants ont compensé bien plus que nécessaire pour tenir quelques heures de plus. Ils ont aussi déclaré se sentir beaucoup plus affamés et se montraient moins capables de résister au buffet à volonté de friandises… «Ils avaient une forte envie de manger et pensaient qu’ils pouvaient manger plus», explique Erin Hanlon, auteure principale de l’étude.

Suralimentation

Pendant ce temps-là, les chercheurs observaient donc l’appétit et les prises alimentaires, tout en étudiant diverses substances dans le sang des personnes testées, comme la ghréline (hormone qui stimule l’appétit) ou la leptine (hormone de la satiété). Mais, et c’est là que réside la nouveauté de l’étude, ils ont aussi analysé les niveaux de substances appelées endocannabinoïdes, notamment de 2-arachidonylglycérol (ou 2-AG). Comme l’explique le Washington Post, le système endocannabinoïde «est supposé avoir un impact sur l’appétit, mais aussi sur l’apprentissage moteur, la douleur et certaines fonctions cognitives, et il est visé par les principes actifs de la marijuana».

Or, chez les volontaires frais et dispos, les niveaux de 2-AG ont augmenté dans la matinée pour atteindre un pic en milieu de journée, et ensuite diminuer. Mais pour les pauvres cobayes en manque de sommeil, les niveaux de cet endocannabinoïde ont augmenté de 33% de plus, en atteignant un pic vers 14 heures, pour ensuite rester assez élevé jusqu’à 21 heures.

Cela correspondait aux envies de manger des cobayes fatigués. «Nous savons que la marijuana active le système endocannabinoïde et amène les gens à trop manger quand ils n’ont pas faim, et ils mangent généralement des choses grasses et sucrées délicieuses. […] La restriction de sommeil pourrait causer une suralimentation en agissant de la même manière», explique Erin Hanlon au Guardian.

«Nos résultats suggèrent que l’activation du système endocannabinoïde peut être impliqué dans la prise alimentaire excessive dans un état de dette de sommeil, et peut contribuer à augmenter le risque d’obésité associé à un sommeil insuffisant», conclut l’étude. Pour Erin Hanlon, il faudrait plus prendre en compte les risques de l’accumulation de manque de sommeil, étant donné les changements importants observés en seulement quatre jours: «Le grand message fondamental, c’est que la restriction de sommeil et la déficience de sommeil ont été associés à de multiples résultats délétères.»

Partager cet article