Culture

Regardez vos spams: vous pourriez remporter un prix et 150.000 dollars

Temps de lecture : 2 min

L’auteure australienne Helen Garner pensait que l’email l’informant qu’elle avait remporté le prix Windham-Campbell était une arnaque.

Spam Gmail par notoriousxl | Licence CC FlickR by
Spam Gmail par notoriousxl | Licence CC FlickR by

Votre boîte de réception est quotidiennement inondée de messages publicitaires, envahissants ou tout simplement inintéressants. La situation est devenue si agaçante que vous effacez souvent ces messages de façon mécanique, sans même les ouvrir. Car parcourir chaque email «indésirable» représente une perte de temps considérable. Mais ce qui est arrivé à l’écrivaine australienne Helen Garner pourrait vous faire revoir cette façon de faire.

Fin février, elle a décidé, sans trop savoir pourquoi, de jeter un œil dans les emails contenus dans sa boîte de spam. Le Sydney Morning Herald, qui relaie l’histoire, explique que l’un de ces emails provenait de «quelqu’un de l’université de Yale qui avait une “bonne nouvelle“ et voulait son numéro de téléphone». Bien sûr, le premier réflexe de la femme a été de penser à un hoax, un faux message. Mais, par chance, elle a quand même décidé de demander à son éditrice de vérifier de quoi il en retournait. Michael Kelleher, directeur du prix littéraire Windham-Campbell, va alors lui confirmer qu’elle en est l’une des nouvelles lauréates et qu’elle a remporté 150.000 dollars (environ 140.000 euros) en reconnaissance de son travail de non-fiction:

«J’ai failli m’évanouir, a-t-elle raconté au journal. Je suis stupéfaite, ravie, j’ai l’impression d’être validée.»

Hoax

Sur son site, le Guardian explique qu’elle n’est pas la seule à avoir cru à un hoax. La dramaturge irlandaise Abbie Spallen s’est fait la même réflexion avant de découvrir la vérité, tout comme sa collègue canadienne Hannah Moscovitch, qui n’avait pas prêté attention au message laissé sur la boîte vocale de son téléphone, pensant qu’il s’agissait d’une arnaque.

Depuis trois ans maintenant, le prix Windham-Campbell récompense chaque année le parcours de neuf auteurs dans la fiction, la non-fiction ou la dramaturgie. Ce qui a pu créer le trouble chez les vainqueurs, c’est que ce prix refuse toute compétition. Il n’y a pas de listes de présélectionnés, pas de moyen de candidater en amont et les lauréats ne sont avertis qu’au dernier moment.

La petite aventure d’Helen Garner et des autres lauréates peut sembler exceptionnelle mais la morale de cette histoire nous concerne tous: jeter un coup d’œil à ses spams de temps en temps peut rapporter gros.

Newsletters

«Papa», laisse pleurer ton fils

«Papa», laisse pleurer ton fils

Il y a tout juste 15 ans sortait Papa, road movie dans lequel un père (Alain Chabat) et son fils (Martin Combes) traversaient la France dans une Volvo vieillissante. Aujourd'hui encore, le deuxième film de Maurice Barthélémy reste l'une des...

Reprendre les fautes de français des autres, c'est malpoli

Reprendre les fautes de français des autres, c'est malpoli

Si vous n'êtes pas prof ou parent, mieux vaut vous abstenir.

L'art écologique a toute sa place dans les galeries

L'art écologique a toute sa place dans les galeries

Des artistes œuvrent au rapprochement des mondes artistique, technique, scientifique et politique en plaidant pour que l'écologie ne soit pas le pré carré des trois derniers.

Newsletters