Partager cet article

Crise des réfugiés: «La Hongrie n’a de leçons à recevoir de personne»

Une chaussure d’enfant près de Zakany, en Hongrie, à un endroit où de nombreux migrants ont traversé la frontièrecroate et où a ensuite été érigée une barrière par la Hongrie, en Hongrie, le 17 octobre 2015 | ATTILA KISBENEDEK/AFP

Une chaussure d’enfant près de Zakany, en Hongrie, à un endroit où de nombreux migrants ont traversé la frontièrecroate et où a ensuite été érigée une barrière par la Hongrie, en Hongrie, le 17 octobre 2015 | ATTILA KISBENEDEK/AFP

Georges Károlyi est ambassadeur de Hongrie en France. Selon lui, la Hongrie n’a cessé d’attirer l’attention sur la mauvaise direction prise par l'Europe.

Oui, les faits sont arrivés. C’est Le Monde qui l’a dit. Il n’a pas fallu un an pour que l’Europe éclate sous les coups de boutoir de la pression migratoire. Qu’il est loin le temps où, voici à peine six mois, l’on nous assurait avec indignation, la main sur le cœur, que «ce continent de 500 millions d’habitants» devait pouvoir absorber allègrement «quelques millions» d’immigrés, et même plus: il n’en a pas fallu un petit million pour nous mettre dans l’état où nous sommes aujourd’hui. Notre Europe de haute culture s’est avérée incapable de concevoir les raisonnements qu’appelait la situation. On a tout fait à l’envers.

On a appelé à une «solution commune» pour le contrôle des frontières extérieures alors que les moyens de cette solution n’existent pas. On a empêché les «solutions unilatérales» d’être appliquées alors que c’est là que les moyens se trouvent. L’Europe en tant qu’institution n’a ni armée, ni police pour «contrôler» quoi que ce soit. On ne contrôle pas une frontière en traçant une ligne dans le sable avec son doigt, ni en «demandant» aux migrants d’avoir la bonté de ne pas la franchir n’importe où.

Ce sont les États-membres qui détiennent la force armée et la force publique. Ce n’est pas par hasard que la convention de Schengen leur attribue la responsabilité exclusive du contrôle des frontières extérieures. On s’est entêté à vouloir inscrire un estropié à la finale du 100 mètres tout en empêchant Usain Bolt d’y aller. Et l’on s’étonne de l’absence de résultat. Les États-membres situés sur la frontière extérieure ont une responsabilité particulière, vis-à-vis notamment des autres États qui sont enclavés à l’intérieur.

Il est ahurissant qu’on ait tout fait, au mépris des conventions applicables, pour que cette responsabilité ne s’exerce pas, en dissuadant d’agir (ou en félicitant de ne pas avoir agi) ceux qui auraient pu –qui auraient dû– le faire et en vouant aux gémonies ceux qui –comme la Hongrie– ont agi.

Leurre suicidaire

Si l’Union avait eu le courage, au bon moment –vers le début de l’été 2015– de prendre par la main une demi-douzaine de pays situés sur la route des Balkans et de les appeler à contrôler effectivement leurs frontières –y compris, hélas, au moyen de barbelés–, nous n’en serions sans doute pas là, nous aurions gagné de précieux mois. Une décision pénible mais voulue vaut certainement mieux qu’une infinité de décisions encore plus pénibles et subies. 

On ne contrôle pas une frontière en traçant une ligne dans le sable avec son doigt, ni en «demandant» aux migrants d’avoir la bonté de ne pas la franchir n’importe où

Comment ne pas comprendre que c’est un leurre suicidaire que d’imaginer que l’impossible solution commune vaut mieux que les possibles solutions unilatérales? La mise en opposition des deux est absurde. Où est passé le principe de subsidiarité? Quand l’Europe comprendra-t-elle qu’elle n’est rien sans ses États-membres? Il est des cas où l’initiative des uns peut sauver la communauté. Comme celle de Léonidas aux Thermopyles. Au lieu de cela, où en sommes-nous? À fermer les frontières intérieures. Avec des pays à l’amitié souvent séculaire qui se disputent comme des chiffonniers. Lamentable. Une catastrophe. Elle était pourtant résistible.

Les hotspots qui se mettent en place au forceps sur les îles grecques font exactement le contraire de ce qu’on attend d’eux. On nous a dit qu’ils devaient être un lieu de tri pour les migrants: laisser continuer les éligibles à l’asile, et refouler les autres. Au lieu de cela, on enregistre tout le monde –très bien– mais on les embarque aussitôt tous jusqu’au dernier sur des ferries pour qu’ils puissent continuer leur périple. Et ce sont des pays qui ne sont même pas membres de l’Union –la Macédoine– qui sont obligés de faire le travail. Un comble.

Alors, à quoi servent-ils, ces hotspots? Le retour des non-éligibles à l’asile vers le pays de départ –en l’occurrence la Turquie– est pourtant inscrit dans leur mission. Que ce retour s’avère impossible, on peut le comprendre en raison des obstacles politiques bien connus, mais alors autant le reconnaître et en tirer les conclusions au lieu de s’entêter. Ce n’est sans doute pas la faute de la Grèce, et la Turquie non plus n’est pas dans une situation facile. Mais c’est un état de fait. Et il faut en tirer les conséquences, sans qu’elles soient dirigées «contre» quiconque. Si le plan A ne marche pas, il faut passer au plan B et, si le plan B ne marche pas, au plan C, et ainsi de suite. C’est l’intérêt commun.

Si l’on ne poursuit pas son objectif avec conséquence, l’on donne un signal désastreux à l’extérieur. Nous n’avons pas affaire à des enfants de chœur. S’il y en a qui s’esclaffent sous cape en ce moment, ce sont bien les gangs de passeurs et les organisations terroristes. Il n’est pas mauvais de se rappeler qu’on n’est jamais si bien servi que par soi-même. Le général de Gaulle n’avait pas raisonné autrement lorsqu’il a décidé la mise en place de la force de dissuasion française. Il ne s’agissait pas de s’opposer aux alliances dont la France faisait partie, mais de s’assurer des moyens indépendants «pour le cas où». Et «le cas où», aujourd’hui, en Europe, nous y sommes en plein. Les «solutions unilatérales» doivent aider la communauté à se dépêtrer d’une situation qu’elle n’a pas les moyens de gérer et qui lui échappe. Et l’Union s’en trouvera renforcée.

Démagogie

La seule solution que l’Union a proposée –et avec quelle obstination– est le système des quotas, qu’elle s’entête à vouloir faire appliquer contre vents et marées alors qu’il est clair comme le jour qu’il ne fonctionne pas et qu’il ne peut pas fonctionner. Chacun s’en plaint, en versant des larmes de crocodile. Et l’on a le front d’en rendre les États responsables! Mais comment ne pas voir l’évidence? Ce ne sont pas les États qui n’en veulent pas, mais bien les migrants eux-mêmes: est-ce la faute de la France, si elle attend toujours les 30.000 réfugiés qu’elle a accepté d’accueillir? On nous annonce qu’en Allemagne on a perdu la trace de «quelques centaines de milliers» de réfugiés. Une paille. 

Quand réalisera-t-on que ces migrants –ou ces réfugiés, peu importent les termes– sont des êtres humains qui ont des intentions, des aspirations (Allemagne, Suède…), et qu’il est à la fois complètement irréaliste, et même attentatoire à leur propre dignité, de vouloir les balader d’un pays à l’autre comme des troupeaux de bêtes? On nous dit qu’il faut être patient, que cela va monter en régime, qu’il faut laisser le temps de convaincre les intéressés. Quelle erreur, quelle méconnaissance de la plus élémentaire psychologie humaine! Arrêtons de nous bercer d’illusions!

Si l’UE avait eu le courage de prendre par la main les pays situés sur la route des Balkans et de les appeler à contrôler leurs frontières –y compris, hélas, au moyen de barbelés–, nous aurions gagné de précieux mois

Quant au caractère obligatoire de ce système, il en appelle à tout, sauf à la solidarité: une solidarité imposée n’est plus de la solidarité mais de la contrainte, et une contrainte assortie de menaces n’est plus de la contrainte mais du chantage. Outre son ineptie, nous ne reconnaissons pas les valeurs européennes dans une telle démarche.

Contrôle des frontières, hotspots, quotas: la Hongrie n’a cessé, depuis plus d’un an, d’attirer l’attention sur la mauvaise direction prise par l’approche communautaire du problème. Mais au-delà des aspects de gestion immédiate, le problème de fond est bien évidemment de savoir que faire des masses de migrants qui déferlent sur l’Europe. C’est ici que la tétanisation le dispute à l’hypocrisie. En opposant trop facilement, de manière bien démagogique, «hospitalité» et «xénophobie», on part de nouveau dans la mauvaise direction.

Pour qu’une migration soit gérable, il faut que trois conditions soient remplies: il faut qu’elle soit souhaitée, contrôlée et progressive. C’est ce qui a permis, dans le passé, à nombre de pays d’Europe, dont la France, d’accueillir plusieurs millions d’immigrés. Qu’ils soient aujourd’hui «intégrés» ou pas est un autre problème. Or actuellement c’est exactement le contraire qui se passe: le phénomène est subi, incontrôlé et massif. Tous les ingrédients d’une explosion, qui est en train de se produire.

Assumer

Il est cynique d’affirmer que «nous pouvons en tirer profit», au niveau de l’emploi ou à celui de la compensation de la dénatalité. Outre le fait que ces hypothèses sont loin d’être démontrées, il faut avoir le courage d’annoncer clairement la couleur: en fin de compte, est-ce la générosité ou l’intérêt qui nous meut? Quant à la massivité, elle représente l’élément-clé du phénomène, sur l’interprétation duquel tout le monde est consciemment ou subconsciemment d’accord mais dont personne n’ose tirer clairement et honnêtement les conséquences.

On nous a dit dès le début qu’il fallait accueillir et protéger les véritables réfugiés, mais renvoyer chez eux «sans états d’âme» (sic) les migrants qualifiés d’«économiques». On nous dit maintenant, face au flux incessant des entrées, qu’il faut protéger les frontières (enfin!) et, en même temps, «dissuader» (sic) par diverses mesures ceux qui sont déjà entrés ainsi que les arrivants potentiels. Se rend-on compte que toutes ces déclarations relèvent d’une seule et même logique: renvoyer, ou empêcher d’entrer ceux dont on ne veut pas? Car à quoi sert la «protection» des frontières, sinon à empêcher les entrées?

Et si l’Europe tout entière est d’accord là-dessus, ayons le courage de l’assumer, sans nous cacher derrière le petit doigt –ou même le cheveu– des bons sentiments. Car c’est aujourd’hui clair: la métacommunication européenne en est bel et bien arrivée à dire: nous n’en voulons plus, des migrants. Cette contradiction, qui est sous-jacente depuis l’apparition du phénomène, doit être dénouée au plus tôt si l’on ne veut pas qu’elle nous enferme dans une impasse logique qui sera toujours là pour inhiber toute solution.

Le caractère massif du phénomène périme tous les raisonnements de générosité et d’hospitalité que nous nous honorons d’avoir, en «première intention», en tant qu’êtres humains qui n’avons certes pas une pierre à la place du cœur, les Hongrois comme les autres. Mais nous n’avons pas non plus, comme l’a dit Viktor Orbán, une pierre à la place du cerveau. Car il y a un moment où le sens des responsabilités doit prendre le dessus, surtout pour des responsables politiques. Ces responsabilités sont quelquefois dures à prendre, et c’est bien le cas aujourd’hui. Personne ne peut s’en réjouir. Gouverner, ce n’est pas courir désespérément derrière les événements. Gouverner, c’est agir sur les événements. Et gouverner, comme on le sait, c’est aussi prévoir.

Démocratie

S’il y en a qui s’esclaffent sous cape en ce moment, ce sont bien les gangs de passeurs et les organisations terroristes

Bien sûr que les pays de Visegrád se sentent concernés: si ce n’était pas le cas, ils ne s’évertueraient pas à essayer de faire ouvrir les yeux de leurs partenaires européens sur un certain nombre de réalités qui, semble-t-il, commencent à faire leur chemin. Les faits, toujours les faits, durs, irréductibles… C’est Le Monde qui l’a dit. Et nous voudrions ajouter: le bon sens. C’est l’avenir de notre continent qui est en jeu, comment peut-on dire que nous ne nous sentons pas concernés?!

Quant au référendum hongrois, il ne faut pas le sous-estimer: il ne se limite évidemment pas à «approuver ou non l’accueil des quelques centaines de réfugiés attribués à la Hongrie». Il porte sur le sujet bien plus vaste et bien plus fondamental de savoir si une institution supranationale a le droit ou non d’imposer à un pays sa composition ethnique, religieuse ou culturelle sans l’assentiment de sa population ou de ses organes de représentation.

À notre avis, un tel droit n’existe pas dans les traités auxquels la Hongrie a adhéré. Et, de plus, nous pensons que nombre d’élites politiques européennes sont en décalage profond avec leurs propres populations, tous partis confondus, sur ce point. Nous souhaitons apporter la preuve que ce n’est pas le cas en Hongrie. C’est une démarche dont le caractère démocratique ne saurait être contesté.

Nous sommes loin de la xénophobie, et la Hongrie n’a de leçons à recevoir de personne en matière d’accueil de réfugiés ou de populations allogènes. Son histoire en est pleine. C’est contre l’hypothèse d’une obligation face à un phénomène dont les données quantitatives sont à ce jour inconnues –et, dans la mesure où on peut les prévoir, relativement inquiétantes– et qui est susceptible d’avoir un impact majeur sur l’avenir de nos sociétés que la Hongrie cherche à se prémunir, pour elle et pour les autres pays d’Europe. Oui, gouverner, surtout aujourd’hui, c’est bel et bien prévoir.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte