Bientôt la fin des cheveux blancs?

George Clooney sur un bateau avant son mariage à Venise avec Amal Alamuddin, le 26 septembre 2014. Andreas Solaro/AFP

George Clooney sur un bateau avant son mariage à Venise avec Amal Alamuddin, le 26 septembre 2014. Andreas Solaro/AFP

Un gène à l'origine du vieillissement des cheveux a été identifié. Une première étape dans la compréhension de ce processus.

À mesure que les années passent, l'apparition de cheveux blancs sur nos crânes est un aléa de la nature contre lequel on ne peut pas grand chose. Jusque-là, le changement de couleur de nos chevelures était communément attribué à la veillesse, au stress, à la consommation de tabac ou encore au manque de vitamines, note Sciences et Avenir.

Un autre facteur scientifique peut désormais expliquer ce phénomène. D'après les résultats d'une étude internationale publiée dans la revue scientifique Nature Communications, notre héritage génétique peut avoir une influence dans leur apparition. Les scientifiques ont identifié un gène, nommé IRF4, directement associé au vieillissement du cheveux et à son changement de couleur. Kaustubh Adhikari, chercheur de l'University College de Londres et auteur principal de l'étude ajoute:

«Nous avons trouvé un allèle qui prédispose aux cheveux grisonnants [...] Nous avions déjà identifié des gènes responsables de la calvitie et de la couleur des cheveux, mais c'est la première fois qu'un gène lié au vieillissement du cheveux est identifié».

Retarder l'apparition des cheveux blancs?

Le gène IRF4 était déjà connu pour son rôle dans la production de mélanine, ajoute CNN. Afin de mieux étudier son fonctionnement et son influence sur le corps humain, les chercheurs ont analysé l'ADN de près de 6.000 personnes, dans cinq pays d'Amérique latine. Un bassin de population choisi pour son métissage de racines européennes, africaines et américaines.

Cette découverte devrait permettre de mieux comprendre le rôle d'IRF4 et, à terme, éventuellement de retarder l'apparition de ces cheveux blancs. 

C'est en tout cas une piste que Kaustubh Adhikari n'écarte pas:

«Comprendre comment IRF4 influence le blanchiment des cheveux pourrait permettre de modifier ce processus. La manipulation des gènes pose bien sûr des questions éthiques, mais on pourrait envisager celle de IRF4 pour retarder le vieillissement des cheveux».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt. > Paramétrer > J'accepte