Partager cet article

Sur Google, les Américains cherchent à savoir comment déménager au Canada

Donald Trump lors d'un discours à Fort Worth, au Texas, le 26 février 2016. Tom Pennington/AFP

Donald Trump lors d'un discours à Fort Worth, au Texas, le 26 février 2016. Tom Pennington/AFP

Après la large victoire de Donald Trump lors des primaires républicaines du Super Tuesday, de nombreux internautes se sont renseignés sur les démarches à suivre pour s'installer plus au nord.

Il y a quelques jours, un DJ canadien invitait les Américains oppposés à Donald Trump à venir s'installer sur l'île de Cap-Breton si, d'aventure, celui-ci parvenait à remporter l'élection présidentielle américaine. Après l'annonce des résultats du Super Tuesday, le 1er mars 2016, son appel semble avoir été entendu. L'écrasante victoire du candidat républicain face à ses rivaux dans sept États (Arkansas, Alabama, Géorgie, Massachusetts, Tennessee, Vermont et Virginie) a encouragé de nombreux Américains à examiner les démarches pour quitter les États-Unis et rejoindre le Canada voisin.

Dans un tweet envoyé en marge du Super Tuesday, le responsable data de Google, Simon Rogers, a souligné que l'intérêt des recherches sur le moteur de recherche pour l'occurrence «How can I move to Canada» («Comment faire pour déménager au Canada») a grimpé de 350% jusqu'à 1.150% dans les heures qui ont suivi l'annonce des résultats du scrutin. 


Mashable, de son côté, a confirmé ces données en examinant les requêtes pour l'occurrence «How to move to Canada» sur l'outil d'analyse de tendances Google Trends.

Voici un aperçu: 

L'intérêt des recherches sur Google pour «How to move to Canada», le 2 mars 2015.

Un phénomène récurrent

Pour confirmer le rapport de cause à effet entre ces requêtes sur le moteur de recherche Google et les résultats des primaires, Mashable souligne qu'une grande partie des recherches proviennent du Massachusetts, un État où Donald Trump s'est imposé avec près de 49% des voix. Le soir du scrutin, le site du gouvernement canadien a également fait les frais de cet afflux massif d'internautes en quête d'informations sur un éventuel départ vers le Canada. Pendant quelques heures, un message sur la page d'accueil du site évoquait «des lenteurs dans la navigation».

Comme nous l'écrivions en février 2016, l'idée d'un «exil» vers le Canada pour les électeurs américains de gauche est un phénomène récurrent à l'approche d'une élection présidentielle aux États-Unis: 

«À chaque élection présidentielle, des Américains de gauche déclarent que, si le candidat républicain est élu, ils décampent au Canada. Déjà en 2012, ils étaient nombreux à dire qu’une présidence Mitt Romney les feraient fuir chez leurs voisins du nord. Or, cette année, avec la popularité inattendue du populiste de droite Donald Trump, l’inquiétude est nettement plus forte.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte