Le contact avec le vagin de la mère à la naissance bon pour les bébés?

Bébé | Erik Huiberts via Flickr CC License by

Bébé | Erik Huiberts via Flickr CC License by

Des études sont en cours pour confirmer le rôle positif joué par la flore vaginale sur le système immunitaire des nourrissons.

En Allemagne, où près d'un tiers des bébés naissent par césarienne, de plus en plus de parents s'inquiètent de ce que cet acte chirurgical pourrait représenter un danger pour la santé de leur enfant. L'hebdomadaire allemand Der Spiegel cite plusieurs études (1) démontrant que ces enfants ont plus de risques de développer par la suite des allergies, d'être atteints de diabète de type 1 ou de contracter une maladie auto-immune.

Les bactéries présentes dans le vagin, avec lesquelles le bébé entre en contact lors d'un accouchement par voie basse, pourraient, en effet, l'aider à renforcer son système immunitaire, comme le laissent supposer plusieurs observations menées sur des nourrissons et leurs mères, souligne Der Spiegel:

«On sait que la composition microbienne de la muqueuse buccale et celle de l'intestin des bébés nés de manière naturelle s'apparente à celle de la flore vaginale de la mère, même des semaines après la naissance. Chez les enfants nés par césarienne, on retrouve au contraire principalement des bactéries présentes sur la peau.»

Mais aucune étude scientifique n'a encore prouvé jusqu'à présent que cette absence de contact avec les bactéries présentes dans le vagin de la mère était responsable de cette prédisposition aux allergies et aux maladies. Une étude à ce sujet va être menée cette année à la clinique de l'université de Francfort, rapporte l'hebdomadaire, qui cite Frank Louwen, le directeur du département obstétrique et médecine prénatale:

«Nous devons déterminer si la flore vaginale de la mère a une influence durable sur la santé de l'enfant.»

«Vaginal seeding»

Afin de ne pas priver leur bébé du contact d'avec ces bactéries supposées bénéfiques pour le système immunitaire de l'enfant, de plus en plus de parents prennent les devants en pratiquant le «vaginal seeding», explique Der Spiegel:

«Dans certains pays comme la Grande-Bretagne, ils […] placent une compresse dans le vagin de la mère afin d'enduire le bébé [de ces bactéries].»

Une méthode qui fonctionne, comme l'a démontré récemment une équipe de biologistes et de médecins dans la revue spécialisée Nature Medecine: après avoir enduit de sécrétions vaginales quatre bébés nés par césarienne, ceux-ci ont constaté que, quatre semaines plus tard, les bactéries présentes sur les muqueuses des bébés étaient semblables à celles présentes dans la flore vaginale de la mère, comme chez les bébés nés par voie basse.

Mais cette méthode du «vaginal seeding» pourrait toutefois s'avérer dangereuse, d'après un article publié par des pédiatres britanniques dans la revue British Medical Journal, qui mettent en garde contre les risques d'infection en présence de streptocoques, de virus de l'herpès et de chlamydies.

1 — Une des études les plus récentes menées à ce sujet a été publiée en 2015 par l'American Academy of Pediatrics Retourner à l'article

Partager cet article