Sciences

INFOGRAPHIE. Après un an dans l’espace, à quoi ressemble le corps d’un astronaute?

Temps de lecture : 2 min

Scott Kelly revient sur Terre après 342 jours à bord de l'ISS. Comment aura-t-il changé par rapport à son frère jumeau Mark, astronaute à la retraite?

Infographie Slate.fr réalisée par Vincent Manilève avec Piktochart.
Infographie Slate.fr réalisée par Vincent Manilève avec Piktochart.

Depuis près d’un an, il régale les pauvres Terriens que nous sommes. Scott Kelly, 52 ans, astronaute à bord de la Station spatiale internationale (ISS), s’est fait connaître grâce à ses clichés somptueux de la planète Terre, mais aussi grâce à des vidéos plus loufoques, où on le voit par exemple parcourir la station déguisé en gorille.

Mais ce mercredi 2 mars, après 342 jours la tête dans les étoiles, il va redescendre sur Terre, où l’attend son frère jumeau Mark, astronaute à la retraite. La gémellité des deux hommes va être très utile à la Nasa, qui espère améliorer les conditions de voyage vers Mars (un aller-retour vers la planète rouge prend un an) en les examinant. Afin de mieux comprendre comment l’organisme change après un voyage prolongé dans l’espace, l’agence spatiale a demandé à Scott et Mark Kelly de collecter leur sang, leur urine, leur salive… et même leurs excréments.

On connaît déjà un certain nombre des chamboulements physiologiques à prévoir: l’infographie ci-dessous vous permettra de mieux comprendre les différences que les jumeaux pourront peut-être noter lors de leurs retrouvailles.

Vincent Manilève Journaliste

Newsletters

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

Et pas en trois, ni en quatre. C'est important.

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters