Partager cet article

«Je suis mariée à un homme qui me dit qu’il ne m’a jamais aimée»

Détail du tableau «Ariane» peint par Evelyn De Morgan en 1877 | via Wikimedia Commons (domaine public)

Détail du tableau «Ariane» peint par Evelyn De Morgan en 1877 | via Wikimedia Commons (domaine public)

Cette semaine, Lucile conseille Lynn, une femme qui subit des humiliations quotidiennes de la part de son époux, et ce, depuis le début de leur mariage.

«C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.

Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse:[email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Je suis libanaise, j’ai 48 ans, deux enfants. Mariée à un homme depuis plus de vingt-cinq ans, j’ai été trahie par lui dès les premiers mois de mariage alors qu’il multipliait les conquêtes. Il continue à le faire à ce jour.

Des années de pleurs où je n’ai demandé de l’aide à personne. Le jour où j’ai eu le courage de demander l’aide de mes parents, leur réponse fut: «Pense à tes enfants!!»

La culpabilité me ronge sur tous les fronts, surtout à force de penser que c’est une sorte de maladie chez lui, manipulateur, calculateur, grognon, menteur, machiavélique, jamais content, qui croit que tout tourne autour de lui, qui même dans un restaurant prend la meilleure place pour être vu des autres, imbu de sa personne (le crapaud qui se prend pour un bœuf) , les «moi je, moi je, moi je» l’accompagnent comme une peau, irresponsable qui jette tout sur les autres, qui s’accapare les lauriers, qui crie, qui tambourine sur tout ce qui bouge dans la maison et qui devient tout miel en dehors. Et un radin de première classe. Il veut tout pour lui, des ordres à n’en plus finir. Jamais un beau mot, jamais un remerciement, rien, absolument rien.

Il lui est même arrivé d’amener sa conquête du jour à la maison, la suivante un autre jour, prétextant toujours une amie, une collègue… Et la gentille cruche que je suis le croyait!! Accueil, café, dîners, déjeuners. J’ai même cru me faire des amies! Je suis aujourd’hui tellement choquée de mon ignorance.

De tout cela, avant le mariage, je n’ai rien vu venir, minimisant les signaux tant je l’aimais.

De tout cela, avant le mariage, je n’ai rien vu venir, minimisant les signaux tant je l’aimais

Je suis aujourd’hui mariée à un homme qui me dit clairement qu’il ne m’aime pas et ne m’a jamais aimée et répond à la question «Pourquoi m’avoir demandée en mariage?» par: «Je me suis marié parce j’ai eu honte de dire non devant tes parents et mes parents et les gens qui nous connaissent.»

Quoi faire devant un homme qui dit clairement, la veille de Noël, qu’il nous déteste (à moi et aux enfants) et qu’il ne veut plus nous voir, qu’il ne nous supporte pas? TOUT EN NE FAISANT ABSOLUMENT RIEN POUR S’EN ALLER!! Sa seule honnêteté était de me dire qu’il me déteste, sauf qu’il est toujours là et je suis toujours là à arrondir les angles!!

Pour ne pas laisser tomber mes deux enfants, je suis restée. Il n’y a aucun moyen en vue pour moi de m’en aller malgré le fait que je travaille (grâce à Dieu). Mais je me suis endettée pour subvenir aux besoins de la maison et des enfants.

Je demande à sortir de cette impasse mais je plonge dans la dépression lente, à tout le temps penser et à me ronger sur toutes ces années que j’ai perdues. J’ai peur de tout. Je me tais, me renferme de plus en plus, laisse passer, pardonne, ne souris jamais. Toutes sortes de maladies psychosomatiques sont passées et passent encore dans mon corps, de problèmes de la thyroïde, opération de la thyroïde, maux d’oreilles, vertiges, plein de séances de lithotripsie pour casser des calculs rénaux, maux de gorge, en passant aux migraines, à la sinusite, aux atroces maux de dos, à la boulimie (pour 1,70 mètre et 50 kg, je suis arrivée à 85 kg) , à la pression artérielle élevée, pleurs toute seule, souffle coupé, mauvaise respiration, mauvaise vue, lunettes pour près et loin, trimbalant toujours un grand sac de médicaments en permanence…

J’essaye de penser que peut-être un jour tout ira bien, je rencontrerai quelqu’un et que tous les hommes ne sont pas pareils. Mais rien n’y fait: si quelqu’un me regarde, je change la direction de mes yeux, ou change de trottoir, me renferme comme un escargot dans ma coquille. Je n’ai plus aucune confiance en moi. Je me laisse tout doucement aller au fond, suffoquée. Je joue la comédie que tout va bien, que je m’en sors à chaque fois que je tombe. Mais sincèrement la fatigue prend le dessus, tout ne va pas bien, mes bras se baissent, plus envie de lutter, les yeux tristes, le cœur triste, l’espoir commence à s’éteindre.

J’ai besoin d’aide pour me relever encore une fois, besoin de voir clair en moi, besoin de rire du fond de mon cœur, besoin de me sentir légère, besoin de me retrouver, retrouver la vraie personne en moi, besoin de ne plus me rabaisser, besoin de savoir comment avoir le courage de choisir ce que je veux réellement (c’est la pire des choses pour laquelle une solution s’impose). Et penser à vraiment lui pardonner encore et encore ne changera pas grand-chose (les pardons passés sont par milliers).

Pourquoi et comment accepter de subir? Ne rien dire? Aucune réponse ne sort et ces questions me rongent depuis de longues années... sans vraiment arriver à une solution

Lynn

Chère Lynn,

Votre état est celui d’une femme bafouée, et qui porte sa famille à bout de bras depuis des années. Là où vous ne voyez aujourd’hui que le négatif de votre situation, et c’est bien normal, moi je vois un courage surhumain et une abnégation qui vous honorent.

Seulement, ces signes psychosomatiques qui témoignent de votre épuisement sont aussi et surtout des signaux d’alerte. Vous soignez les symptômes mais pas la cause. Et, la cause, c’est bien cette situation, cette cohabitation avec cet homme qui vous empoisonne la vie. J’ai bien peur que ce vain combat ne cause votre perte, Lynn. Que le corps vous lâche un jour, ou bien la raison. Et cet échec ne serait même pas honteux. Qui survivrait à ce combat contre des moulins à vent?

Vous avez essayé de toutes vos forces. Vous avez sacrifié votre jeunesse et votre santé, votre confiance et vos rêves. Il faut admettre maintenant que vous avez besoin d’aide. Et que cet aide doit être neutre. C’est pourquoi je vous conseille de vous tourner vers des associations. Il doit exister près de chez vous des associations d’aide aux femmes (n’hésitez pas à contacter notamment la Fédération nationale Solidarité Femmes ainsi que le Planning familial). Ouvrez votre cœur à votre médecin de famille, qui pourra aussi vous aiguiller. Ne minimisez rien de votre souffrance. Comme vous l’avez fait avec ce message, mettez des mots sur les violences qu’il vous fait subir, les humiliations, les mesquineries qui vous assomment et vous épuisent.

Là où vous ne voyez aujourd’hui que le négatif de votre situation, moi je vois un courage surhumain et une abnégation qui vous honorent

Votre salut, il viendra de vous. Et de vous seule. Vous ne serez pas sauvée par un autre homme. Vous devez vous reconstruire pas à pas. Apprendre à vivre et à aimer vivre seule. Et je vous promets qu’une fois sortie de ce schéma dramatique, vous trouverez votre bonheur dans le quotidien le plus simple, parce que vous serez libérée de ce poids superflu qui pèse sur vos épaules. Vous allez vivre et peut-être un jour, quand vous serez enfin heureuse, vous rencontrerez quelqu’un. Je peux, pour ma part, vous confirmer que, oui, les hommes ne sont pas tous comme ça. Mais pour rencontrer un homme bien, qui vous respecte, il faudra déjà vous respecter vous-même. Chaque chose viendra donc en son temps.

Là, il vous être forte une dernière fois. Il vous faut décrocher vos téléphones et partir à la recherche d’une oreille attentive et de conseils concrets près de chez vous. Les travailleurs sociaux existent aussi pour des cas comme le vôtre et ce n’est pas une disgrâce que de vous remettre à leur expertise. Ils faciliteront vos démarches pour trouver un nouvel espace pour vivre, pour légalement vous séparer de l’homme qui vous fait tant souffrir et pour vous trouver l’aide psychologique dont vous avez besoin pour vous reconstruire.

Le harcèlement moral et les humiliations subies tout au long de ces années sont autant de poignards que vous avez pris en plein cœur. Vous méritez, un temps, que l’on s’occupe de vous. N’ayez jamais honte de demander de l’aide.

Vous n’avez pas besoin de continuer à subir ces violences. Dans tous les sens du terme, sauvez-vous. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte