France

L'arrivée de Jean Sarkozy à la tête de l'EPAD provoque un tollé

Slate.fr, mis à jour le 10.10.2009 à 12 h 58

L'annonce de la candidature du fils du chef de l'Etat à la tête de l'établissement public d'aménagement de la Défense (EPAD) a fait bondir l'opposition. Une pétition circule même actuellement sur Internet pour que Jean Sarkozy renonce au poste.

Cécile Duflot (Verts) a dénoncé samedi 10 octobre sur France Info la très probable arrivée de Jean Sarkozy à la tête de l'EPAD estimant que «tout le monde plie parce qu'il a le nom qu'il a». «Dès qu'on sort des limites de l'Hexagone, les gens trouvent ça juste invraisemblable, inouï. Inouï que le fils du président de la République, à 23 ans, puisse devenir président d'un établissement public avec un (tel) budget», a ajouté la secrétaire nationale des Verts. Cécile Duflot «aurait préféré qu'il se lance dans une carrière politique pas exactement dans la ville ni le département où son père s'est illustré. Ca aurait montré un peu plus de distance».

Le fils cadet du président Nicolas Sarkozy a obtenu le 8 octobre le soutien de la majorité (UMP-NC) dans les Hauts-de-Seine pour prendre la tête de l'Epad.

Le premier à ouvrir les hostilités contre cette nomination a été le maire PCF de Nanterre, Patrick Jarry. «Jean Sarkozy n'a aucune légitimité pour assurer la présidence de l'Epad. Il n'en est même pas administrateur. De plus, Neuilly, dont il est conseiller général, ne se situe pas dans le périmètre d'aménagement de l'opération d'intérêt national» du quartier.

Sur Europe 1, Jean Paul Huchon, président (PS) de la région Ile-de-France, lui a emboîté le pas. «C'est un gouvernement de clan qui fait comme s'il n'y avait pas de décence dans l'accaparement du pouvoir».

Un élu Modem de Puteaux, Christophe Grébert, a lui lançé une pétition sur Internet pour demander à Jean Sarkozy de renoncer au poste. «Présider un tel Etablissement demande compétence et expérience. La qualité de vie de tous ces gens en dépend! Jean Sarkozy, nous vous invitons à terminer vos études de droit et à faire quelques stages en entreprise... avant, peut-être un jour, qui sait, de re-postuler à ce poste autrefois occupé par votre père», explique le texte annonçant la pétition.

Condamnant une polémique «inutile et franchement facile», Jean Sarkozy «demande à être jugé non pas sur l'état civil mais sur les actes et sur les résultats».

[Lire l'article complet sur Le Parisien]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr


Image de Une: Jean Sarkozy Olivier Pon/REUTERS

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte