Notre démocratie représentative ne l’est plus assez

Dans une démocratie comme la France, l’écart entre l’offre politique et la demande citoyenne ne cesse de grandir | Feral78 via Flickr CC License by

Dans une démocratie comme la France, l’écart entre l’offre politique et la demande citoyenne ne cesse de grandir | Feral78 via Flickr CC License by

Depuis qu’homo internetus a surgi sur la scène (notamment politique), impossible de le cantonner au silence.

Chacun connaît cette histoire: pour comprendre la différence qui existe entre être concerné et être impliqué, il faut faire appel à l’omelette aux lardons. Pourquoi? Parce que si la poule est concernée, le cochon, lui, est impliqué. Le citoyen ne vote pas toujours, et donne parfois l’impression de n’être pas concerné par les évolutions de la société. Pourtant, il est toujours impliqué dans celles-ci, et c’est ce qu’il comprend aujourd’hui de mieux en mieux. Au point de ne plus supporter qu’on l’oublie.

À côté de ces grands acteurs de l’histoire universelle que sont les États-nations, les organisations internationales (qui se sont multipliées après 1945), les organisations non gouvernementales (qui ont fourmillé dans le dernier tiers du XXe siècle), il y a désormais vous et moi, c’est-à-dire les personnes. Le commun des mortels a cessé d’être de la piétaille ou de la chair à canon pour les puissants. Il est devenu lui-même une puissance. 

Depuis qu’homo internetus a surgi sur la scène, impossible de l’écarter d’un revers de la main ou de le cantonner au silence. Internetus peut se connecter à tous ses semblables, instantanément, où qu’ils se trouvent, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours par an. Et il s’y emploie, chaque jour davantage. Certes, il a conquis la parole, pas encore le pouvoir, mais la parole est déjà un pouvoir. Sans quoi les dictateurs ne s’efforceraient pas de la privatiser. C’est là un phénomène général, qui se retrouve aussi bien dans le débordement des frontières de l’Union européenne par les réfugiés que dans la relation qu’entretiennent offre politique et demande citoyenne au sein d’un régime, quelle qu’en soit la nature.

Quand l’offre politique écrase la demande citoyenne, cela s’appelle une dictature. L’histoire nous en fournit bien des exemples, en incluant de nos jours la Syrie de Bachar el-Assad ou la Russie de Poutine. Si l’offre politique épouse les attentes citoyennes, c’est du populisme. Les exemples ne manquent pas là non plus, de Pepe Grillo en Italie à Donald Trump aux États-Unis ou Marine Le Pen en France. Inversement, si la demande citoyenne nie l’offre politique, c’est une révolte, comme il y en eut tant à travers le monde depuis la nuit des temps. Et si la demande citoyenne contourne l’offre politique, c’est une révolution ou un printemps, suivant les latitudes.

Associer les citoyens aux décisions

Le commun des mortels a cessé d’être de la piétaille ou de la chair à canon pour les puissants. Il est devenu lui-même une puissance

Dans une démocratie comme la France, l’écart entre ces deux pôles ne cesse de grandir. Qu’elle s’exprime par de nouveaux partis, par des associations, par des listes d’adresses électroniques, les mouvements de citoyens se présentent comme des agrégations de personnes qui tendent à déborder du cadre des institutions. Il n’est que de se référer aux études du Cevipof, notamment, sur le degré de confiance accordé par nos compatriotes aux partis et aux syndicats pour s’en convaincre: en février 2015, 85% des Français déclaraient avoir peu confiance ou pas confiance du tout dans les partis politiques, et 70% disaient de même pour les syndicats. En même temps, 84% des Français jugeaient que le référendum est un bon moyen de décider sur des questions importantes et 59% déclaraient n’avoir confiance ni dans la gauche ni dans la droite pour gouverner le pays.

Le nombre grandissant de mouvements de citoyens atteste le changement qui s’opère sous nos yeux, et que bien des responsables politiques ou syndicaux perçoivent, sans savoir y répondre. Pourtant, dans son principe, la réponse tient en peu de mots: il est indispensable d’associer les citoyens aux décisions qui les concernent au premier chef, l’environnement, les territoires, la santé, le vieillissement, etc. Toutes les expériences le montrent: quand on lui donne les moyens d’être véritablement impliqué dans la vie de la cité, quand on lui fournit les moyens d’être intelligent dans ses choix, il l’est. Des plateformes citoyennes aux conférences de consensus, il existe plusieurs méthodes permettant d’«organiser la délibération», pour reprendre une expression de Pierre Rosanvallon. Mais cela reste aujourd’hui encore très insuffisamment exploité.

Pourtant, les citoyens en redemandent. Rien ne contribue mieux à les exaspérer que le statu quo, alias «le système», par lequel ce sont toujours les mêmes qui se présentent à leurs suffrages, en modifiant leur maquillage ou leur apparence, sans jamais changer de peau, sans non plus tenir compte des avertissements réitérés des électeurs. Et certains politiques l’ont si bien compris qu’ils n’arrêtent pas de raconter qu’ils ont changé, croyant ainsi convaincre de leur métamorphose.

Dominique Rousseau, professeur de droit constitutionnel à la Sorbonne, résume la situation en appliquant au citoyen la célèbre formule qu’employait Sieyès à propos du Tiers État en janvier 1789: «Qu’est-ce que le citoyen? Tout. Qu’a-t-il été jusqu'à présent dans l’ordre politique? Rien. Que demande-t-il? À y devenir quelque chose.» Et de proposer la création d’une nouvelle chambre citoyenne dans le paysage démocratique français, comme ce fut le cas de l’Assemblée nationale à la suite de Sieyès. L’universitaire l’envisage à la place du Sénat et du Conseil économique, social et environnemental. Suggestion qui mérite réflexion, à condition de faire en sorte que des citoyens ne se transforment pas en représentants des citoyens, ce qui ramènerait au problème précédent!

La diversité des mouvements de citoyens, en France comme ailleurs, avec notamment, Nous citoyens, Nouvelle donne, Avaaz, etc., atteste que la démocratie représentative n’est plus assez représentative. Le glissement historique du «peuple» à «l’opinion», puis au citoyen, témoigne de la montée en première ligne des personnes. Des personnes qui ne renonceront plus à leur capacité d’influence et qui aspirent à une autre forme de démocratie, bien plus participative, et condition pour retrouver le chemin d’une confiance collective.

Partager cet article