Culture

VIDEO. La géniale parodie de «Straight Outta Compton» qui dit tout de la polémique #Oscarssowhite

Temps de lecture : 2 min

Depuis les nominations aux Oscars, et l'absence du moindre acteur noir parmi les nommés, un débat se déroule aux Etats-Unis sur le manque de diversité à Hollywood, et le racisme au sein de l'Académie des Oscars. Sur YouTube, une parodie du film Straight Outta Compton dit tout des enjeux de la polémique.

Straight Outta Compton, biographie du groupe de rap américain NWA, fait partie des films que nombre de commentateurs ont regretté de ne pas voir sélectionné pour l'Oscar du meilleur film, et qui a généré le plus de frustration quant au racisme de l'Academie.

Sa bande-annonce parodique réinvente le propos du film. Le manager –blanc– du groupe, Jerry Heller, devient le héros du film. Il ne s'agit plus alors du récit de la vie d'une bande de jeunes venus de Compton, l’une des banlieues la plus dangereuse de Los Angeles, et sortie de la drogue et d'un milieu violent pour rapper des textes politiques sur la police. Le faux trailer en fait l'histoire d'un blanc qui sauve des noirs de la misère et les fait pénétrer dans l'industrie musicale. Une histoire qui aurait pu, elle, être en lice pour l'Oscar du meilleur film.

La parodie, très drôle, aborde ce que les Américains appellent le «white savior complex» ou complexe du héros blanc. Un topos régulièrement dénoncé au cinéma, quand un personnage blanc est montré comme le sauveur ou défenseur d'un personnage noir, infantilisé.

C'est le compte YouTube Super Deluxe qui a posté la vidéo le 26 février. Un compte qui se décrit comme générateur de vidéos «marrantes et intelligentes, faites par des mecs bizarres marrants et intelligents qui vous ressemblent probablement beaucoup».

Slate.fr

Newsletters

Le deuil solaire d'«Amanda», un chemin vers ce qui viendra

Le deuil solaire d'«Amanda», un chemin vers ce qui viendra

Le troisième film de Mikhaël Hers accompagne avec délicatesse la traversée d’une tragédie par un couple enfant-adulte qui y trouve comment s’inventer.

J’ai une danseuse, elle s’appelle Johnny, et tant pis si le cœur de mon épouse se brise

J’ai une danseuse, elle s’appelle Johnny, et tant pis si le cœur de mon épouse se brise

Johnny chante comme un dieu, le batteur est un dieu, tous les musiciens sont des dieux. Je transpire comme un sumo tellement le disque me donne chaud.

La jeunesse éternelle, obsession de l'humanité depuis le Moyen Âge

La jeunesse éternelle, obsession de l'humanité depuis le Moyen Âge

Vivre éternellement jeune? On en rêvait déjà à l'époque médiévale, tout en craignant que l'immortalité ne soit finalement une malédiction.

Newsletters