Santé / Monde

La bière allemande contient des pesticides, mais les Allemands n'arrêteront pas d'en boire

Temps de lecture : 2 min

Les taux enregistrés de glyphosate, une substance «probablement cancérigène», resteraient trop infimes pour avoir un impact sur la santé.

TOBIAS SCHWARZ / AFP
TOBIAS SCHWARZ / AFP

À première vue, l'information a de quoi faire cracher la gorgée que les buveurs de bière sont en train d'avaler: les marques préférées des Allemands contiennent du glyphosate, une substance chimique couramment utilisée dans la composition des désherbants. D'après une étude menée par l'Institut de l'environnement de Munich sur quatorze marques de bières allemandes, certaines d'entre elles contiennent plus de 300 fois la dose de glyphosate autorisée en Allemagne dans l'eau potable, qui est de 0,1 microgramme par litre, signale le quotidien Die Welt.

La bière pils de la marque saxone Hasseröder arrive en tête du classement avec 29,74 microgrammes de glyphosate par litre, suivie par celles des marques saxone et rhénane Jever et Warsteiner. La bière helles de la marque bavaroise Augustiner est celle qui présente le moins de traces de la substance chimique, avec un taux de 0,46 microgramme par litre, comme on peut le voir sur le graphique publié par le quotidien.

Quel danger la présence de ces pesticides représente-t-elle pour la santé? D'après le Centre international de recherche sur le cancer (IARC), le glyphosate est «probablement cancérigène». Mais d'après l'Institut fédéral allemand d'évaluation des risques (BfR), les quantités observées par l'institut munichois dans les échantillons de bière testées sont trop infimes pour être considérées comme dangereuses:

«Pour absorber une quantité de glyphosate représentant un risque pour la santé, un adulte devrait boire environ 1.000 litres de bière en une journée.»

Une substance chimique controversée

Les résultats de l'étude ont été rendus publics ce jeudi 25 février, soit pile le jour où le Bundestag devait se prononcer sur l'emploi des pesticides contenant du glyphosate au sein de l'UE, à la demande de la fraction Die Grüne, fait remarquer l'hebdomadaire Die Zeit. Le parti écologiste allemand espérait ainsi pouvoir stopper le renouvellement de l'autorisation de l'utilisation de cette substance chimique au sein de l'UE, que la Commission prévoit de proposer début mars, comme le rapporte le site internet de France Info. Les révélations sur la bière allemande n'ont visiblement pas inquiété les députés du Bundestag, la majorité d'entre eux ayant rejeté la proposition des Verts allemands (446 contre, 117 pour, 3 abstentions).

Le quotidien Die Tageszeitung, pourtant proche du parti écologiste, a lui pris le parti d'en rire, enjoignant ses lecteurs à «se bourrer la gueule» avant de prendre connaissance des résultats de l'étude menée sur leurs marques de bière préférées. «Seuls les Bavarois peuvent boire 1.000 litres de bière par jour», s'amuse le quotidien berlinois: «Il n'y a donc pas de raison de s'inquiéter.»

Et il conclut:

«Ce qui est vraiment inquétiant: saviez-vous que la bière contient de l'ALCOOL? C'est une substance qui est cancérigène, de manière totalement indiscutable et scientifiquement reconnue. Personne n'a envie d'avoir des traces de glyphosate dans la bière. Mais il n'y a aucune raison de paniquer au vu des quantités mesurées. Reste à savoir si le désherbant est potentiellement dangereux pour les enfants. Difficile à dire, mais il vaudrait mieux que les plus jeunes se mettent à la bière bio.»


Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate


Newsletters

Les aides financières ont fait baisser le taux de suicide en 2020

Les aides financières ont fait baisser le taux de suicide en 2020

Parce que l'argent distribué par les gouvernements pendant la pandémie de Covid-19 a empêché certains de se donner la mort, la réduction de la pauvreté devrait faire partie des moyens de prévention du suicide.

«Il y a une véritable désillusion du métier»: les sages-femmes au bord de la rupture

«Il y a une véritable désillusion du métier»: les sages-femmes au bord de la rupture

Malgré l'annonce par le gouvernement d'une revalorisation salariale, la gronde des maïeuticiennes ne finit pas. Au cœur de leurs revendications, le manque d'effectifs qui ne leur permet plus d'exercer leur travail correctement. 

Fumer un joint pour s'endormir n'est pas une si bonne idée

Fumer un joint pour s'endormir n'est pas une si bonne idée

Une étude a établi un lien entre consommation de cannabis et troubles du sommeil.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio