Édouard Philippe (LR) sur la loi travail: «Un certain nombre de dispositions vont dans le bon sens»

Le maire du Havre en mai 2015 | CHARLY TRIBALLEAU/AFP

Édouard Philippe et Henri Weber étaient les invités de l'émission «Politique» sur France 24 ce jeudi 25 février 2016.

Édouard Philippe, député Les Républicains de Seine-Maritime et maire du Havre, et Henri Weber, ancien député européen et membre du Parti socialiste, étaient les invités de Roselyne Febvre et Jean-Marie Colombani pour l’émission «Politique» sur France 24

Interviewé sur la loi travail, qui suscite de nombreux débats, Édouard Philippe a estimé qu’il était «bien possible qu’il ne reste pas grand-chose de ce texte après la moulinette parlementaire», et qu’il était donc difficile de se prononcer sur un texte qui allait changer. Mais, pressé de répondre sur le fond, il a conclu que, selon lui, un certain nombre de dispositions de cette loi «vont dans le bon sens»

«Dans la majorité, un certain nombre de voix s’élèvent pour critiquer les dispositions de ce texte. À ce stade, personne ne sait ce qu’il va en rester. Ensuite, de ce que j’entends et peux lire dans la presse, je dirais qu’il y a un certain nombre de dispositions qui vont dans le bon sens. Je pense par exemple au plafonnement en matière d’indemnités prud’homales. L’incertitude au moment de la discussion aux prud’hommes est un élément très freinant.»

Édouard Philippe, qui soutient Alain Juppé, ajoute qu’il ne faut pas se fixer comme objectif de défaire ce qui a été fait. Les partisans d’Alain Juppé savent donc a priori à quoi s’en tenir quant à l’avenir de ce texte si d’aventure le maire de Bordeaux était élu. 

 

Partager cet article