Une conversation avec le Sepp Blatter nigérian

Sepp Blatter, le 29 juillet 2011 à Rio | REUTERS/Ricardo Moraes.

Sepp Blatter, le 29 juillet 2011 à Rio | REUTERS/Ricardo Moraes.

Un journaliste de Slate.com a pu s’entretenir avec l'ancien président de la Fifa (à moins que ce ne soit un arnaqueur).

Josh Levin est journaliste à Slate.com. Comme la plupart d’entre nous, il reçoit des spams. Mais, le 19 février, il a reçu une demande d’aide de la part de Sepp Blatter, l’ancien président de la Fifa. Après une rapide vérification, il a découvert que l’adresse email avait déjà utilisée par quelqu’un se faisant passer par l’ancien président allemand Horst Köhler et qu’elle avait déjà été repérée par le site 419scam. Il s’est donc créé une nouvelle adresse, avec un faux nom, Clint Dempsey, et a commencé à discuter avec ce «Sepp Blatter nigérian».

Ensemble, sur plusieurs emails, ils ont parlé de son successeur (il soutient Gianni Infantino) et d’autres choses: il pense qu’il ne faudrait pas oublier Cruz et Rubio lors de la primaire américaine, considère que Messi est le meilleur joueur du monde, a copié-collé une citation de Donald Trump sur le quarterback Joe Flacco, assure qu’il n’a pas accepté d’argent contre les Coupes du monde 2018 et 2022, et a des statistiques très précises sur le jeu collectif du Brésil, qui expliquent les difficultés actuelles de la Seleção.

Après avoir tenté de le faire parler sur Skype (et de le voir), et quand le Sepp Blatter nigérian a enfin réalisé qu’il perdait son temps avec Clint Dempsey (Clint Dempsey, sérieusement?!), qui venait de lui avouer qu’il était journaliste, notre faux Sepp a finalement arrêté de répondre:

«Je ne connais pas grand-chose du Sepp Blatter nigérian, écrit Josh Levin. Je ne sais pas qui il est ou si quelqu’un lui a bien envoyé 18,5 millions d’euros [...]. Tout ce que je peux dire, c’est qu’il est beaucoup plus sympa que le vrai Sepp Blatter

Partager cet article