Monde

Tout sur les nominations des prix Nobel

Marion Solletty, mis à jour le 17.12.2009 à 12 h 47

Présenter un candidat au prix Nobel n'est pas donné à tout le monde.

Outrés de voir Barack Obama devenir Nobel de la paix, vous souhaiteriez proposer John McCain pour 2010? Ou, bien au contraire, tout à l'euphorie de cette victoire, vous ne vous tenez plus et criez déjà «Go Michelle» pour l'an prochain, en préparant une belle lettre pour Oslo... Hélas, votre enthousiasme ne suffira probablement pas pour inscrire votre favori sur la liste de 2010.

Proposer un nom pour le prix Nobel n'est accessible qu'à un nombre restreint de personnes, qui accèdent à ce privilège grâce à leur fonction ou sur invitation courtoise de l'académie, qui envoie ces prestigieux courriers en septembre.

Pour le Nobel de la paix, les membres des parlements nationaux, des gouvernements, des cours internationales y ont droit «par statut», de même que les recteurs d'université, les professeurs de sciences sociales, d'histoire, de philosophie, de droit, et les directeurs d'instituts de recherche sur la paix ou les relations internationales. Voilà qui fait tout de même pas mal de monde, et qui explique la présence de personnalités qui attirent quelque peu l'attention, comme Staline nominé deux fois en 1945 et 1948, ou encore Mussolini, deux fois également en 1935. L'académie affirme cependant que les 205 noms soumis au comité cette année constituent un record.

Les cinq autres disciplines font l'objet de listes plus longues, 250 à 300 en moyenne: un paradoxe, car la liste des personnes autorisées à «nominer» est plutôt plus restrictive. Pour la chimie par exemple, seuls les membres de l'Académie royale des sciences de Suède, et les professeurs de chimie des universités suédoises,danoises, finlandaises, islandaises et norvégiennes y ont droit automatiquement. Pour compenser ce tropisme nordique, l'académie de sciences doit tout de même ajouter dans ses invitations des professeurs d'au moins six autres universités dans le monde.

Dans les six prix, les anciens lauréats et les membres du comité eux-mêmes sont bien sûr également admis pour faire des suggestions éclairées. Modestie oblige, personne ne peut s'«autonominer»... Mais la fantaisie est permise, car à Oslo ou Stockholm nul danger de voir ses préférences dévoilées: toute information sur les nominations est gardée secrète pendant 50 ans. Mais chaque année des favoris apparaissent, et l'académie n'est pas à l'abri d'une fuite, en particulier de la part de ceux qui ont fait les propositions: ainsi cette année Nicolas Sarkozy aurait-il été considéré. Pour la période 1901-1955, la base de données du Nobel fournit en revanche tous les renseignements souhaités.

La date limite pour proposer un nom est fixée en février. La «short list» est élaborée en mars par le comité qui examine le parcours des candidats. Il y a bien sûr un fossé entre la nomination et le prix: ainsi Jane Addams a-t-elle été proposée à 91 reprises avant de finalement devenir Nobel de la paix en 1931. Théodore Roosevelt, président des Etats-Unis de 1901 à 1909, fut plus chanceux: il obtint le prix dès sa première nomination en 1906.

Marion Solletty

Image de Une: 2008 Nobel Peace Prize Banquet. Copyright © The Nobel Foundation 2008/Ken Opprann

SI VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE, VOUS APPRÉCIEREZ PEUT-ÊTRE:

"Comment se partagent les prix Nobel"

Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr

Marion Solletty
Marion Solletty (11 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte