Partager cet article

La rupture amoureuse: entre deuil et douleurs physiques

Die Weinende Nackte (The Weeping Naked), Edvard Munch , 1913-1914. | via Wikimédia Commons (domaine public)

Die Weinende Nackte (The Weeping Naked), Edvard Munch , 1913-1914. | via Wikimédia Commons (domaine public)

Perte d’appétit, douleurs dans la poitrine et estomac serré… Ces symptômes sont fréquents chez les personnes qui traversent une rupture amoureuse. La séparation avec l’être aimé est bien plus qu’une peine émotionnelle.

Une séparation amoureuse provoque une douleur psychologique et physique. Tout comme notre esprit, notre corps réagit à la perte de l’être aimé. Le Huffington Post dresse une liste pour expliquer à quel point la rupture nous atteint physiquement.

Le pouls peut ralentir après une rupture brutale à laquelle nous n’étions pas préparés, rapporte une étude dans Psychological Science. Des douleurs corporelles peuvent être ressenties, notamment dans la région de la poitrine. 

En 2011, cinq professeurs publient une étude sur la douleur causée par le rejet dans le Proceedings of the National Academy of Sciences. Celle-ci révélait qu’une douleur émotionnelle intense peut activer les mêmes régions du cerveau que celles qui régissent la douleur physique. Ethan Kross, professeur à l’université du Michigan, expliquait à Phys.org que «ces résultats prouvent que traverser un rejet ou une perte peut engendrer une expérience émotionnelle associée seulement à la douleur physique». Une autre étude menée en 2012 par l’Association for Psychological Science de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA) suggérait qu’il y a une «similarité entre la douleur sociale et la douleur physique d’un point de vue neurologique.»

Le Huffington Post mentionne également une perte de cheveux quelques mois après la rupture. Celle-ci est due au stress émotionnel, qui engendre l’effluve télogène: une chute capillaire due aux hormones, courante après l'accouchement. 

 

Les effets d’une rupture peuvent aussi se faire ressentir sur notre épiderme. L’état de notre peau se détériore et l’on assiste à l’apparition de boutons. Le dermatologue Daron Seukerman expliquait à Mail Online que plusieurs études et anecdotes personnelles montrent que le stress et la dépression peuvent entraîner l'apparition d’eczéma, psoriasis et acné.

Même processus psychologique que le deuil

La perte de l’être aimé s’accompagne aussi de celle de l’appétit, comme l'explique le site Prevention. Les expertes Marina Pearson et Debra Smouse expliquent que même si certains se tournent vers le «comfort food», ou aliments-réconforts, la plupart tend à ne pas manger. 

«C’est comme si estomac et cœur étaient connectés, et donc manger provoque une douleur physique. […] Même si nous ne sommes pas prêts à guérir, nous ne voulons plus sentir de douleur supplémentaire, et nous nous abstenons de manger.» 

Sa collègue ajoute que le corps «est soit en état de repos, soit en état de réparation. Si la rupture vous affecte négativement, le corps entre en état de réparation. Si cet état est constant, il affecte l’appétit, car le corps travaille plus que d’habitude.»

Selon la psychologue Lisa Letessier, la souffrance liée à la rupture est «très souvent sous-estimée», rapporte Psychologies. Une séparation «peut être le déclencheur de grandes difficultés: de dépressions majeures, de crises d’angoisse, de décompensations, quand il y a des terrains fragiles.» Perdre l'être cher «déclenche les mêmes processus psychologiques qu’un décès: il faut faire le deuil d’une personne bien vivante, mais qui nous refuse sa présence, son amour, son soutien.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte