Science & santé

Pourquoi est-on parfois persuadé que notre téléphone a vibré (alors que pas du tout)

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 24.02.2016 à 11 h 51

Repéré sur Michigan Daily

Une nouvelle étude a établi un lien entre cette sensation et notre état mental et relationnel.

09-2013-47 Highways Agency via Flickr CC License by

09-2013-47 Highways Agency via Flickr CC License by

Pour peu que votre téléphone portable occupe une place importante dans votre vie, il n’est pas impossible que vous ayez déjà dû affronter ce genre de situation: alors que vous étiez en train de vaquer à vos occupations habituelles, vous êtes persuadé d’avoir senti ou entendu votre téléphone vibrer. Et pourtant, quand vous regardez votre écran, pas de message, pas d’appel, pas de notification, même pas une petite alerte info. Mais d’où vient cette sensation de vibration? Tout d’abord, sachez que vous n’êtes pas seul: une étude de 2012 montrait que 89% des lycéens participants avaient déjà ressenti la même chose.

Et aujourd’hui, une équipe de l’université du Michigan apporte un début d’explication. Le Michigan Daily, journal de l’université, explique que l’un des étudiants, Jaikob Djerf, a lancé la question au sein de son groupe de recherche:

«J’étais curieux de savoir pourquoi des gens les ressentent plus que d’autres, et même pourquoi les gens la ressentent tout simplement, explique-t-il au journal. C’est un phénomène culturel. Beaucoup de gens l’expérimentent, et c’est significatif dans le sens où nous trouvons des traits de personnalités qui influencent ce phénomène.»

Et effectivement, si l’on en croit le résultat des recherches, ces fausses vibrations en disent long sur vous. Selon l'étude, «ceux qui ont une plus grande anxiété de l’attachement dans leurs relations sont plus à même d’interpréter les sensations physiques ambiguës comme des messages de téléphone». À l’inverse, les personnes qui ont plus tendance à éviter l’attachement risquent moins de subir ces «vibrations fantômes», ou plus globalement à être sensibles à l’activité de leur téléphone.

Il est très facile de tromper nos sensations tactiles

Daniel Kruger et son équipe ont mis en place un questionnaire en ligne pour tester le lien entre la sensation de vibration et la façon dont les volontaires se comportent dans leurs relations. Leur modèle, appelé Big Five, s’est basé sur l’analyse de cinq émotions: la franchise, l'«agréabilité», le fait d’être consciencieux, la névrose et l’extériorisation des sentiments.

Le chercheur a également remarqué que «le besoin d’être rassuré pourrait être une combinaison de variation génétique et d’expériences dans le développement et l’environnement». Des causes qui seraient donc aussi bien innées qu’acquises. Et en ce qui concerne la vibration que l’on ressent, il se peut qu’il s’agisse avant tout d’une autre sensation mais qui, comme elle se situe près de notre téléphone, est mal interprétée. «Les sons sont plus facilement distinguables, et il est plus difficile d’avoir une hallucination visuelle que de mal interpréter une sensation tactile», explique Daniel Kruger.

Pour les chercheurs, les «vibrations fantômes» sont avant tout le signe d’une nervosité vis-à-vis de notre téléphone, et qu’il serait bon, parfois, de le laisser de côté, ou au moins de le mettre en silencieux. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte