Égalités / Santé

Des Londoniennes se font caresser le clitoris lors de cours de méditation

Temps de lecture : 2 min

La méditation orgasmique est en train de se populariser en Grande-Bretagne.

Pendant les sessions de méditation organismique, des femmes se font caresser le clitoris pendant quinze minutes par un inconnu | Mario Antonio Pena Zapatería via Flickr CC License by

Chaque semaine, des milliers de Londoniennes prennent des cours de méditation orgasmique, une pratique créée en Californie en 2001 qui est en train de devenir populaire en Angleterre.

Selon le site Dazed, la plupart des participants ne viennent pas en couple et, pendant les sessions, des femmes se font caresser le clitoris pendant quinze minutes par un inconnu. Selon Nicole Daedone, la fondatrice de la méditation orgasmique (OM, pour Orgasmic Meditation), il s’agit ainsi d’accéder à «l’expérience profondément humaine, sensuelle et connectée de l’orgasme».

«Tu enlèves le bas»

Le processus est simple, explique la journaliste:

«Tu vas en cours, tu enlèves le bas et tu te couches près d’un inconnu tout habillé qui te touche le clitoris.»

Environ 2.000 personnes pratiquent ce genre de méditation en Angleterre et 10.000 dans le monde entier, selon le Daily Mail. Le groupe «Meetup» londonien de méditation orgasmique compte plus de 3.000 membres ,qui «se réunissent pour avoir des conversations honnêtes sur le désir, le couple, la sexualité, l’intimité et les orgasmes».

Si une grande partie de l’attrait est d’apprendre à avoir un plaisir sexuel plus intense, la pratique est aussi censée apporter quelque chose au-delà de la sexualité. Sur le site de la branche anglaise du mouvement, TurnOnBritain, les témoignages révèlent ce côté spirituel.

«Caresse après caresse, cette pratique m’a permis de me débarasser de mon écorce et d’incarner celle que j’étais vraiment», déclare Maya.

État prolongé

Certains hommes qui apprennent à toucher les femmes lors de ces sessions disent que la pratique a changé leur vie, comme Wouter, qui explique qu’il a «maintenant un lien plus fort avec ses amis et sa famille».

Étonnamment, apprendre à caresser des clitoris a aussi amélioré son quotidien au bureau:

«Au travail, je m’entends mieux avec mes collègues. Comment est-ce que ça marche? Pour moi, c’est une convergence entre réussir à être présent dans le moment et savoir quelle touche est nécessaire, comme dans la méditation orgasmique.»

Rachel Tayeb, une des spécialistes reconnues de la méditation orgasmique, explique à Dazed qu’il faut distinguer entre le moment court de l’orgasme, et un était prolongé d’orgasme qui affecte la vie entière:

«Le point culminant de l’orgasme représente quelques secondes d’expérience physique, alors que l’état d’orgasme est continu plus comme un état optimal de conscience qu’on atteint grâce à l’activation des impulsions sexuelles. [...] Dans l’état d’orgasme, on se sent entièrement présent et connecté aux autres, comme si un sens et une intuition plus profonde s’étaient éveillés.»

Newsletters

LGBTphobie: les discriminations ont la vie dure (mais des solutions existent)

LGBTphobie: les discriminations ont la vie dure (mais des solutions existent)

À l'occasion de la journée mondiale de la lutte contre l'homophobie et la transphobie, la Commission nationale consultative des droits de l'homme publie un rapport dans lequel elle émet des propositions pour améliorer le quotidien des personnes LGBT+.

Celles qui s'en allèrent pour connaître la peur: les 999 femmes du premier convoi vers Auschwitz

Celles qui s'en allèrent pour connaître la peur: les 999 femmes du premier convoi vers Auschwitz

Il y a quatre-vingts ans, 999 jeunes Slovaques qui croyaient partir travailler dans une fabrique de chaussures ont dû construire le futur camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

Avortement aux États-Unis: l'erreur de Ruth Bader Ginsburg qui pourrait coûter cher

Avortement aux États-Unis: l'erreur de Ruth Bader Ginsburg qui pourrait coûter cher

Tout l'héritage laissé par la juge RBG, icône féministe et progressiste, pourrait bien partir en fumée à cause d'une mauvaise décision prise en 2014.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio