Partager cet article

La Chine a la croissance de vente d’armes la plus rapide du monde

Un membre de la police spéciale afghane le 3 novembre 2009 à Herat | REUTERS/Morteza Nikoubazl

Un membre de la police spéciale afghane le 3 novembre 2009 à Herat | REUTERS/Morteza Nikoubazl

L’empire du Milieu occupe désormais la place de troisième nation en matière d’exportation d’armes, devant la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne.

Si vous avez vu Lord of War, vous vous souvenez peut-être qu’à la fin du film il était expliqué que les plus gros marchands d’armes au monde étaient les cinq pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU: les États-Unis, la Russie, la Grande-Bretagne, la France et la Chine. Si ce classement n’est plus tout à fait exact aujourd’hui (l’Allemagne a remplacé la Grande-Bretagne), l’un d’entre eux semble avoir connu un certain succès au cours de ces derniers mois.

Comme le raconte CNN, «la Chine vend de plus en plus d’armes au reste du monde». Les exportations d’armes chinoises ont crû de 88% entre les périodes 2006-2010 et 2011-2015, selon un rapport du Stockholm International Peace Research Institute. Ce qui lui fait désormais occuper la place de troisième nation en matière d’exportation d’armes, devant la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne, mais toujours derrière les États-Unis et la Russie.

Et la Chine doit tout cela à trois partenaires majeurs. En se plongeant dans les données du rapport, Quartz a découvert que le Pakistan, le Bangladesh et la Birmanie avaient dépensé respectivement près de 3 milliards de dollars, 1,65 milliard, et 1,4 milliard en armes:

«Le Pakistan a rapidement développé son arsenal militaire, dans lequel on peut trouver quelques petites armes nucléaires, en partie grâce au soutien et aux exportations chinoises. La Chine est le fournisseur militaire principal du Bangladesh depuis plusieurs années, grâce aux bas prix des armes chinoises et aux prêts que Pékin est prêt à accorder au gouvernement bangladais pour de tels achats. Le régime militaire birman s’est fortement appuyé sur la Chine pendant la période des sanctions occidentales, mais cette relation est désormais réévaluée sous le leadership d’Aung San Suu Kyi.»

Dépenses de défense

Quartz indique que, pour plusieurs experts, ces différents liens permettent d’isoler l’Inde militairement et économiquement. «La Chine et le Pakistan sont de vieux alliés dans ce que les observateurs estiment être un partenariat pour déstabiliser l’Inde.»

Reste que la Chine pourrait continuer à développer ses exportations ces prochaines années, dans cette région, souligne CNN, qui s’appuie sur un autre rapport, publié le 21 février:

«Il est prévu que, dans cette région, un dollar sur trois soit dépensé pour la défense au début des années 2020, contre un sur cinq en 2010. Les Philippines, l’Indonésie, le Japon et le Vietnam suivent le chemin emprunté par la Chine et nous ne voyons aucun signe de fin pour cette tendance.»

Mais la Chine pourrait ne pas nécessairement en profiter autant que ce que laisse penser le rapport. Quartz précise que le Japon pourrait bientôt voler la troisième place mondiale aux Chinois:

«La militarisation actuelle de Pékin en mer de Chine méridionale aide le Japon dans son argumentaire de vente. Fin 2015, Tokyo a annoncé qu’il allait vendre des équipements de défense et de technologie aux Philippines, qui conteste les revendications territoriales de Pékin devant un tribunal international.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte