Partager cet article

Des mères de noirs américains tués par la police font campagne pour Clinton

Lors du forum «Breaking Down Barriers» dans le cadre de la campagne pour Hillary Clinton, à Sumter, en Caroline du Sud, le 22 février 2016, auquel ont participé cinq mères dont les enfants ont été tués par la police | Mark Makela/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Lors du forum «Breaking Down Barriers» dans le cadre de la campagne pour Hillary Clinton, à Sumter, en Caroline du Sud, le 22 février 2016, auquel ont participé cinq mères dont les enfants ont été tués par la police | Mark Makela/GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP

Elles ont perdu Trayvon, Eric, Sandra... Elles sont maintenant avec Hillary.

Avant la primaire démocrate de Caroline du Sud le 27 février, plusieurs mères d’Afro-Américains tués par la police ont formé une coalition pro-Hillary Clinton. Depuis quelques jours, elles sont cinq à venir raconter leurs histoires dans des églises noires de l’État et à encourager les fidèles à aller voter pour leur candidate, qui mène de vingt points dans les sondages face à Bernie Sanders.

Parmi elles, il y a la mère de Trayvon Martin, tué en Floride à 17 ans par George Zimmerman, ainsi que la mère d’Eric Garner, tué par un policier alors qu’il résistait à une arrestation. Les derniers mots qu’il a prononcés – «je ne peux pas respirer» («I can’t breathe»)– sont devenus un slogan du mouvement Black Lives Matter. Pour la mère de Sandra Bland, qui s’est suicidée en prison après un contrôle routier qui a mal tourné, la passion de Hillary Clinton pour leur cause est réelle, rapporte Mashable.

En novembre 2015 à Chicago, Clinton avait organisé une rencontre avec plusieurs mères d’Afro-Américains tués par des policiers, et cette réunion en a convaincu certaines de la soutenir publiquement.

Vote noir

La mère de Dontre Hamilton, un jeune schizophrène tué par un policier à Milwaukee, a expliqué qu’après l’entretien elle avait reçu des documents détaillant les projets de la candidate en ce qui concerne la réforme de la police et de la justice.

Quant à la mère de Jordan Davis, un jeune qui a été tué en Floride par un homme énervé par la musique venant de sa voiture, elle est séduite par les positions de Clinton pour un plus grand contrôle du port et de la vente des armes à feu. 

En Caroline du Sud, la majorité des démocrates qui se rendront aux urnes pour la primaire du 27 février sont afro-américains et la concurrence entre Clinton et Bernie Sanders pour séduire le vote noir est intense. Sanders fait notamment campagne aux côtés de l’acteur Danny Glover.

Contrairement à sa mère, la fille d’Eric Garner fait campagne pour Sanders, et elle a même expliqué son choix dans une publicité en faveur du candidat socialiste. Cette différence de position correspond au fossé générationnel des électeurs des deux candidats: Sanders est très populaire auprès des jeunes et Clinton beaucoup plus auprès des plus de 45 ans.

Les deux candidats ont besoin du vote noir pour accéder à la nomination du parti et leurs discours sur le racisme sont de plus en plus radicaux. Le thème du racisme institutionnel –soit l’idée que le système américain dans son ensemble défavorise les noirs– a été abordé par les deux candidats, ce qui est inhabituel pour une campagne présidentielle.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte