Monde

Les capsules de café bannies des bureaux de Hambourg

Temps de lecture : 2 min

Les autorités de la ville ont publié un guide visant à favoriser les produits écologiques et faciles à recycler. Elles seront les premières à montrer l'exemple.

Le logo du quartier général de Nespresso en Suisse le 17 octobre 2013 | Fabrice Coffrini / AFP
Le logo du quartier général de Nespresso en Suisse le 17 octobre 2013 | Fabrice Coffrini / AFP

150. C’est le nombre de pages du guide explicatif destiné aux employés des bureaux administratifs de la ville d’Hambourg, en Allemagne. Le but de cette démarche est de combattre le gaspillage et de limiter les dépenses. Tout y passe: du papier aux ampoules, en passant par les produits d’entretien jusqu’aux capsules de café.

«L’État allemand dépense chaque année 250 millions d’euros en marchandises, produits et prestations. Dorénavant, ceux-ci devront à l’avenir être plus respectueux des critères écologiques», lit-on dans un communiqué délivré par la ville de Hamburg.

Les produits d’entretien qui contiennent du chlore seront à proscrire, tout comme les peintures qui contiennent du biocide, qui est cancérigène. D’ici 2020, la moitié des véhicules de fonction devra être électrique et le papier sera strictement recyclé. Selon le communiqué, le choix d’un papier 100% recyclé permet d’économiser plus de 51,9 millions de litres d’eau.

D'après les directives, les ampoules devront être de longue durée et les couverts en plastique sont à proscrire. Toutefois, la mesure qui a le plus fait parler d’elle est celle qui concerne les capsules de café: elles aussi sont sur liste rouge.

Chères et difficiles à recycler

Selon Stern.de, un kilo du moins cher des cafés en capsules Nespresso coûte 60 euros, et «les prix peuvent aller jusqu’à 75 euros le kilo pour les versions limitées». Contre 12 euros pour les grains premiers prix. Le tarif n’est pas la seule raison à la guerre aux capsules. Composées de plastique et d’aluminium, elles sont très difficiles à recycler. «À l’avenir, elles seront strictement interdites» dans les bâtiments municipaux, rapporte Die Welt.

Cette décision n’arrive pas au hasard, souligne Stern. D’ici avril 2016, les directives européennes pour l'environnement devront être appliquées à tous les Lands allemands. «Bruxelles est clair: l’État doit encore se mettre à niveau sur le plan du développement durable», explique le journal. «Tous les autres Lands devront suivre l’exemple d’Hambourg.»

Les capsules remplacent le café

Les capsules ont conquis le marché du café. Aux États-Unis, l'évolution de 2004 à 2011 est représentative d'une tendance très forte dans le monde occidental:


En France, depuis le 1er janvier 2016, nous avons consommé plus de 72.022.300 capsules. Selon Planétoscope, environ 500 millions sont vendues en France chaque année. Soit presque 1,37 million par jour, ou encore seize par seconde.

Si Nespresso a mis au point un système de collecte, en mars 2015, John Sylvan, l'inventeur des capsules K-Cup –utilisées entre autres pour les machines Nespresso– affirmait à The Atlantic regretter son invention. Il confiait se sentir «parfois coupable de les avoir créées. Je leur ai dit comment les améliorer, mais ils ne veulent pas m'écouter.»

En France, des démarches ont également été mises en place pour promouvoir le respect de l'environnement en entreprise, mais il est très difficile de contraindre le secteur privé. Comme le rappelle l'avocat Arnaud Gossement au site Atlantico:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

«Il n'existe pas à ma connaissance de processus juridique permettant d'interdire un produit au seul motif qu'il génère trop de déchets, ni au niveau européen, ni au niveau français. (...) Mais taper sur l'image d'un produit et donc de son entreprise est très utile, car cela les pousse à remettrent en cause leur processus de fabrication de produits peu respectueux de l'environnement.»

Newsletters

Comment sont identifiées les victimes du naufrage dans la Manche

Comment sont identifiées les victimes du naufrage dans la Manche

Après la mort de vingt-sept personnes exilées lors d'une traversée, les associations font leur possible pour appuyer l'identification des disparus et contacter leurs proches.

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Un homme achète une Lamborghini avec des fonds de secours Covid et finit en prison

Cet Américain a écopé d'une peine de neuf ans.

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Fermer les frontières ne stoppera pas la propagation du variant Omicron

Étant donné que ce nouveau variant s'est déjà propagé au-delà de l'Afrique australe, l'interdiction des voyageurs en provenance de cette zone ne fera que ralentir sa circulation.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio