Partager cet article

Un Anglais a créé un «robot avocat» qui fait annuler les contraventions

Charleston parking ticket / Charleston's TheDigitel via Flickr CC License by.

Charleston parking ticket / Charleston's TheDigitel via Flickr CC License by.

Quelle est l'utilité de contester en justice une amende de stationnement quand le coût de la procédure est supérieur au montant de la punition? Joshua Browder, un étudiant britannique de 19 ans expatrié à l'université de Stanford, a tenté d'apporter une réponse à cette question en créant un bot qui élabore gratuitement un argumentaire juridique et qui, selon le site Tech Insider, a épargné à ses utilisateurs l'équivalent de 3 millions de dollars d'amende depuis sa création fin 2015.

Encore en béta, ce site, sobrement intitulé DoNotPay («Ne payez pas»), fonctionne avec un système de questions-réponses par lequel le bot tente de trouver des excuses ou des justifications au contrevenant, avant de préparer une lettre de réclamation qu'il n'a plus qu'à envoyer au tribunal. Car, bien entendu, note Tech Insider, ce robot «ne peut pas encore plaider physiquement face à un juge». Interrogé par la version américaine du quotidien Metro sur le fait de savoir si son site pouvait être qualifié de «robot avocat», Joshua Browder répond:

«Je ne pense pas qu'il plaidera de sitôt devant les Nations unies, mais je pense néanmoins que c'est un robot avocat. [...] Le site effectue de nombreuses tâches de manière automatique et parle à l'utilisateur comme un vrai avocat. [...] Il utilise un algorithme qui combine l'ordre des mots, des mots-clé et des pronoms pour identifier ce que l'utilisateur est en train de dire. [...] Si le robot ne comprend vraiment pas, il va générer un message d'encouragement générique et, à ce moment-là, j'en serai alerté pour m'assurer que le problème ne se répétera pas dans le futur.»

Joshua Browder raconte qu'il a eu l'idée de lancer ce bot après avoir reçu assez vite, une fois son permis de conduire obtenu, un certain nombre d'amendes de stationnement dont il jugeait qu'elles étaient «parfois infligées de manière injuste». Il expliquait récemment à Mashable qu'après son lancement, il a reçu tellement de commentaires et de questions des utilisateurs qu'il a élargi l'éventail des compétences de son bot: il affirme que celui-ci peut désormais, par exemple, traiter des affaires de retards de train ou d'avion. Il souhaite maintenant développer son produit à New York, au Canada et à Mexico.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte