Partager cet article

La viande et le lait bio sont plus riches en oméga 3

Le lait et la viande contiennent en moyenne environ 50% d’oméga 3 en plus dans leur version biologique | Darlington Borough Council via Flickr CC License by

Le lait et la viande contiennent en moyenne environ 50% d’oméga 3 en plus dans leur version biologique | Darlington Borough Council via Flickr CC License by

D’après des chercheurs anglais, le lait et la viande contiennent en moyenne 50% d’oméga 3 en plus quand ils sont issus de l'agriculture biologique.

La nourriture bio est-elle plus nutritive? Vaste question mais, en tout cas, le lait et la viande bio sont beaucoup plus riches en oméga 3, des acides gras essentiels au corps, que le lait et la viande issus de l’agriculture conventionnelle, d’après des chercheurs de l’Université de Newcastle.

Ils ont analysé 196 études précédentes consacrés au lait et 67 consacrées à la viande. Le résultat, publié dans le British Journal of Nutrition, affirme que ces deux aliments contiennent en moyenne environ 50% d’oméga 3 en plus dans leur version biologique, explique NPR.

Chris Seal, professeur de nutrition et d’alimentation humaine et co-auteur de l’étude, souligne:

«Les oméga 3 sont liés à une réduction des maladies cardiovasculaires, à l’amélioration du développement neurologique et des fonctions immunitaires. […] Nous pensons donc que c’est important pour la nutrition».

Mais des scientifiques n’ayant pas participé à l’étude demeurent assez sceptiques. Ian Givens, professeur de nutrition à l’Université de Reading, explique que la différence est peu susceptible de représenter un avantage sur la santé, puisqu’elle concerne une petite partie des matières grasses du lait. Selon lui, le passage du lait non biologique au lait biologique entraînerait une augmentation de la dose d’oméga 3 insignifiante par rapport à l’apport journalier recommandé. Pour lui, «l’effet doit également être évalué dans l’ensemble du régime alimentaire».

Alimentation des bêtes

Il est vrai que, pour une même quantité, il y a bien moins d’oméga 3 dans une côte de bœuf ou un verre de lait que dans un pavé de saumon. En France, l’apport nutritionnel recommandé en acide alpha-linolénique, le précureur de l’oméga 3, est d’environ 2 grammes par jour pour les hommes et 1,6 gramme par jour pour les femmes. Or, dans 100 grammes de lait entier, on trouve en moyenne seulement 0,00985 gramme, soit 9,85 milligrammes de cet acide. 

Comme le résume l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), les aliments les plus riches en oméga 3 sont issus de végétaux terrestres (noix, huile de colza, de lin…) et des poissons gras (saumon, thon, maquereau, hareng, sardine…). Ceci dit, «en France, ce sont les produits animaux terrestres (viandes, œufs, produits laitiers, etc.) qui contribuent majoritairement aux apports, car, même s’ils ont des teneurs plus basses en acides gras oméga 3, ils sont consommés en plus grandes quantités que les huiles végétales ou les poissons gras».

Ian Givens ajoute que la différence de contenu en oméga 3 est surtout liée au choix de l’alimentation des bêtes –à base de frais pâturages plutôt que de céréales– et non pas à la méthode agricole. Or les animaux élevés en bio passent justement généralement du temps à l’extérieur…

Ces résultats font partie d’un ensemble d’études récentes se demandant si les méthodes agricoles peuvent influencer les qualités nutritionnelles des aliments (débat différent des préoccupations environnementales et de la volonté d’éviter les pesticides), souligne NPR.

Par exemple, en 2014, une étude publiée dans le British Journal of Nutrition montrait que les cultures biologiques (entre autres carottes, brocolis, pommes, myrtilles…) avaient de plus grandes concentrations de toute une gamme d’antioxydants (anthocyanidines, flavonols…) et d’autres composés bénéfiques. Mais ces conclusions sont loin d’être tranchées: une étude de chercheurs de l’Université de Stanford, publiée en 2012, montrait au contraire qu’on manquait de preuve pour affirmer que les fruits et légumes bio étaient globalement plus nutritifs. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte