Partager cet article

Les questions que vous n’avez jamais osé poser aux personnes nées un 29 février

Être né un 29 février suscite la curiosité | David Goehring via Flickr CC License by

Être né un 29 février suscite la curiosité | David Goehring via Flickr CC License by

Dédale administratif, césariennes programmées et anecdotes atypiques: naître le 29 février n’est pas de tout repos.

«Mais tu fêtes ton anniversaire tous les quatre ans?» Si vous avez connu une personne née un 29 février, vous lui avez sûrement demandé ça. Vous l’avez au moins pensé. Adultes ou enfants, rencontrer un natif du 29 février fait toujours le même effet. «Je suis toujours fière d’annoncer ma date d’anniversaire et je guette souvent amusée la réaction de mon interlocuteur, qui arrive souvent au bout d’une minute!» témoigne Ariane Mercatello, née le 29 février 1980. Cette année 2016 est bissextile, l’occasion donc de revenir sur quelques questions récurrentes... auxquelles nous n’avons pas toujours de réponse.

1.Le bébé est-il enregistré le 28 février ou le 1er mars? 

Sur les forums de femmes enceintes, les futures mamans se consultent et craignent d’éventuels tracas administratifs:

«Je me pose cette question. Comment ça se passe quand un enfant est né le 29 février?? Avec l’administration par exemple?? Est-ce qu’on vous demande de choisir entre le 28 février et le 1er mars??»

Il n’y a aucune raison de modifier la date de naissance d’un enfant. «Nous sommes enregistrés le 29, ce jour existe bel et bien une fois tous les quatre ans», rappelle Ariane. Dans la partie consacrée aux «exceptions» du Bulletin officiel du ministère de la Justice et des Libertés, aucune référence aux né(e)s le 29 février. Il n’y a donc pas de souci à se faire: un enfant né ce jour présentera une carte d’identité et un acte de naissance, comme tous ses autres papiers, datés du 29 février.

2.Les mamans évitent-elles d’accoucher le 29 février?

Nicole Ludwig est sage-femme au centre hospitalier Robert Pax de Sarreguemines (Moselle). Elle nous explique que, souvent, «les patientes programmées ce jour-là pour une césarienne ou un déclenchement souhaitent changer la date». Toutefois, il ne s’agit que de certains cas: «Lorsqu’il s’agit d’un accouchement spontané, elles acceptent davantage la situation.»

Les statistiques ne montrent pas une chute drastique des naissances le 29 février. Selon la répartition quotidienne des naissances vivantes de 1968 à 2014 établie par l’Insee, les naissances sont légèrement inférieures à la moyenne mensuelle, ou au nombre de naissances recensées le 28. À noter, en 1992 et 2004, les naissances le 29 février ont respectivement chuté de 15 et 18,4% par rapport à la moyenne mensuelle.

Le 29 février, les patientes programmées pour une césarienne ou un déclenchement souhaitent changer la date 

Nicole Ludwig, sage-femme

3.Est-ce qu’on se sent différent?

Sur les forums, les futures mamans s’inquiètent pour leur progéniture. Un anniversaire une fois tous les quatre ans pourrait déplaire à l’enfant:

«Ça me dérangerait d’accoucher le 29, car des 29 février, il n’y en a pas chaque année. Et pour fêter l’anniversaire, ce ne serait pas génial.»

«Je n’aimerais pas accoucher le 29. C’est pour mon bébé que je trouve ça nul! Un anniversaire tous les 4 ans, ce n’est vraiment pas top! On le fêterait un jour avant ou après, bien sûr, mais ce n’est pas pareil!»

Margaux Deudon a 20 ans, et cette année marquera son cinquième «vrai» anniversaire. Elle nous a confié que, «personnellement, ça ne [lui] pose pas problème, au contraire!» Parce qu’elle le fête chaque année le 28 février et le 1er mars: «Ma mère est née le 2 mars: ça me fait trois jours de fête!»  Est-ce que plus petite, elle s’est déjà sentie différente? «Jamais! C’est unique, alors j’aime ma date d’anniversaire!»

De son côté, Ariane est partagée. Petite, elle était «à la fois contente d’être née le 29, parce que tout le monde s’en souvenait, et aussi un peu triste de ne pas avoir de “vrai jour”». Aujourd’hui responsable en relations publiques et communication, elle se remémore une anecdote blessante. «En CM2, je suis rentrée en pleurs de l’école car j’avais demandé à la maîtresse de repousser la dictée d’une journée parce que c’était mon anniversaire. Elle m’avait répondu assez sèchement: “Mais tu n’as pas d’anniversaire.”»

4.Quand Facebook leur souhaite-t-il un bon anniversaire?

Aujourd’hui, l’anniversaire se fête aussi sur les réseaux sociaux. Qu’en est-il de Facebook, alors? Le réseau social ne souhaite-t-il leur anniversaire à ses utilisateurs nés le 29 février que tous les quatre ans? Eh bien non. Pour les années non bissextiles, le réseau social estime que c’est le 28 février qu’il faudra le souhaiter. Vraie date ou non, Facebook se montre donc poli tous les ans.

 

5.Comment en parler aux enfants?

Ma grande de 8 ans a dit à sa maîtresse que je n’avais pas de jour d’anniversaire! Elle n’a pas tout de suite compris, et ne l’a pas prise au sérieux!

Ariane Mercatello, née le 29 février

Ariane Mercatello fête cette année son neuvième «vrai» anniversaire. Maman de deux filles, elle nous explique que l’anniversaire une fois tous les quatre ans reste un mystère pour les enfants. «C’est un peu surréaliste comme concept. Ma grande de 8 ans a expliqué à sa maîtresse que je n’avais pas de jour d’anniversaire, elle n’a pas tout de suite compris et ne l’a pas prise au sérieux!» Cette incompréhension de la part de sa fille fait sourire Ariane, qui nous raconte que sa fille «était fière de l’annoncer quand ils ont parlé du calendrier» en classe: «Cela reste encore une sorte de curiosité!»

6.Deviennent-ils majeurs un 28 février ou un 1er mars?

Les bébés nés un 29 février seront majeurs lors d’une année non bissextile, 18 n’étant pas un multiple de 4. Leur majorité légale se situe-t-elle alors le 28 février, ou le 1er mars? Tout dépend des pays. Au Royaume-Uni et à Hong Kong, la personne devient légalement majeure le 1er mars, alors qu’en Nouvelle-Zélande c’est le 28 février. Et qu’en est-il de la France? Au moment de la rédaction de cet article, la mairie de Paris n’a pas répondu à notre requête. Cependant, Ariane, citée plus haut, nous indique qu’elle est devenue majeure un 1er mars, ce que lui a confirmé la mairie de sa commune. 

7.Est-ce que ça pose des problèmes à l’âge adulte?

Certains font part d’un problème administratif au moment de remplir leur déclaration d’impôts. D’après plusieurs témoignages, le formulaire en ligne n’accepterait pas la date du 29 février et indiquerait une erreur au moment de la saisie, ou plus tard par voie postale.

Du côté des impôts français en tout cas, la direction générale des Finances publiques (DGFiP) est formelle: «Il est tout à fait possible de saisir une date de naissance égale au 29 février, à condition naturellement qu’il s’agisse d’une année bissextile.» De plus, elle rappelle que les états civils sont récupérés directement auprès de l’Insee, certifiés, et ne peuvent être ensuite modifiés par des tiers. «En tout état de cause, un email ou un courrier à son centre des finances publiques avec l’exposé du problème doit “solutionner” le problème», nous précise la DGFiP.

8.Est-ce qu’ils bénéficient des promotions anniversaire tous les quatre ans?

Le forum Grossesse du site Au Féminin regorge de commentaires de mamans qui abordent le sujet du 29 février. L’un d’entre eux a attiré notre attention. Cette mère, née le dernier jour de février, déplore un manque d’attention de la part des commerces:

«J’aurais aimé que des jeux ou des concours nous soient réservés. Compte tenu que nous ne sommes pas nombreux, pour une fois nous aurions eu une chance de gagner...»

En effet, de nombreuses marques, notamment dans la restauration, le prêt-à-porter ou le tourisme, offrent des cadeaux ou des promotions spéciales pour l’anniversaire de leurs clients. Nous en avons contacté plusieurs et une grande majorité se montre compréhensive, puisqu’elles permettent aux enfants du 366e jour de l’année d’en bénéficier tous les ans (et non tous les quatre ans), chaque 28 février ou 1er mars des années non bissextiles. Pas d’injustice pour ceux nés un jour qui ne revient que tous les quatre ans. 

Lukion, illustrateur montpelliérain, voulait même faire du 29 février un jour férié, quitte à rendre les choses vraiment spéciales.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte