VIDÉO. Jouer de la batterie avec trois bras, c’est désormais possible

Un bras robotisé permet désormais à un batteur de jouer avec un troisième bras | Georgia Tech via YouTube

Des chercheurs américains ont développé un bras robotisé pour permettre aux musiciens de jouer avec un membre supplémentaire.

Pour les musiciens qui rêvaient de repousser les limites imposées par le corps humain, jouer de la batterie avec trois bras est désormais une réalité. Une équipe de chercheurs américains du Georgia Institute of Technology (ou Georgia Tech), situé à Atlanta, a mis au point un bras robotisé «intelligent» et a testé son fonctionnement sur un batteur.

Le principe est simple: le bras robotisé s’enfile sur l’épaule et permet aux musiciens de jouer de la batterie avec un bras supplémentaire. La particularité de ce bras-là, avant toute chose, est sa réactivité: il est capable de s’adapter à la musique qui l’entoure. Ainsi, si le tempo d’une chanson sur laquelle il est censé jouer est lent, le bras ralentit. Si le tempo accélère, alors le bras fera de même.

Le professeur Gil Weinberg, en charge du projet, précise:

«Le batteur se transforme en cyborg. [...] Ce troisième bras offre une expérience plus intense et plus créative, et permet à l’humain d’utiliser plusieurs éléments de la batterie simultanément, avec une virtuosité et une complexité qui n’est pas possible autrement.»

Après la musique, la médecine?

Le prochain objectif pour les chercheurs du Georgia Tech est désormais de lier la machine au cerveau humain. Pour cela, plusieurs tests ont été réalisés à l’aide d’électroencéphalogrammes. L’objectif est que le bras robotisé parvienne à anticiper les mouvements ou les changements de tempo souhaités par le musicien auquel il est relié.

Au-delà de la musique, d’autres applications sont envisageables. Gil Weinberg pense notamment au domaine de la médecine:

«Imaginez si les docteurs pouvaient utiliser un troisième bras qui leur apporterait des instruments ou qui pourrait même participer à une opération chirurgicale.» 

Si les chercheurs ont choisi la musique pour expérimenter les capacités de ce bras robotisé, c’est parce que sa pratique repose sur des mouvements extrêmement minutieux. Une précision nécessaire pour espérer pouvoir développer, dans un futur proche, de telles technologies au service du corps humain.

Partager cet article