L'ex-dirigeant de l'antidopage russe écrivait ses mémoires au moment de sa mort subite

Nikita Kamaïev, en 2013. VASILY MAXIMOV / AFP

Nikita Kamaïev, en 2013. VASILY MAXIMOV / AFP

Nikita Kamaïev est décédé ce 14 février, à l'âge de 52 ans.

Nikita Kamaïev, l'ancien directeur de l'agence antidopage russe, écrivait ses mémoires avant sa mort subite à l'âge de 52 ans, très probablement d'une crise cardiaque, ce dimanche 14 février, raconte The Times:

«Nikita Kamaïev avait ignoré les conseils de ses amis et avait commencé à travailler sur ses mémoires à la tête de l'agence antidopage russe (Rusada).»

L'homme était impliqué dans le scandale de dopage organisé dans le pays. En compagnie de trois autre dirigeants principaux de l'agence antidopage russe, il était accusé par l'agence mondiale antidopage «d'avoir aidé à dissimuler des cas de dopage d'athlètes russes». Une d'entre eux évoquait ainsi dans le rapport que 99% de l'équipe nationale était dopée.

Comme le racontait l'AFP, ce lundi:

«À la suite de ces accusations de "dopage organisé", la Fédération internationale d'athlétisme avait voté en novembre la suspension provisoire de la Fédération russe de toute compétition, pour une durée indéterminée. La participation des athlètes russes aux Jeux olympiques de Rio (5-21 août) est incertaine. C'est le deuxième décès d'un ancien directeur de Rusada en moins de deux semaines, après celui de Vyacheslav Sinev, à la tête de l'agence russe entre 2008 et 2010, le 3 février.»

Autant dire que comme l'indique The Times, «la nouvelle qu'il travaillait sur un livre potentiellement explosif va faire grossir les spéculations autour de sa mort».

Partager cet article