Partager cet article

Les politiques culturelles, grandes perdantes du quinquennat Hollande

«Exhibit B», une œuvre de Brett Bailey, qui a fait polémique en 2014.

«Exhibit B», une œuvre de Brett Bailey, qui a fait polémique en 2014.

Le départ de Fleur Pellerin de la Rue de Valois confirme le malaise entre la gauche et le monde de la culture. Sous une pression de plus en plus forte des acteurs économiques et technologiques, les artistes et institutions sont aujourd'hui incitées à distraire et faire du chiffre.

Le consensus hérité d’André Malraux et de Jack Lang est mort. En volant en éclats, il a certes emporté une partie essentielle de ce qui fit la force de la gauche sans pour autant consacrer une vision «de droite» de ce que doit être une politique culturelle. Une force considérable s’avance dans le domaine culturel: la loi du marché. Elle s’immisce partout, redéfinit la perception que les acteurs politiques se font de la culture et contribue à diffuser une vision utilitariste de celle-ci, que l’on retrouvera aussi bien dans une politique municipale post-2014 que dans certains débats relatifs à l’action du ministère. 

À Fleur Pellerin, François Hollande lançait sur la terrasse du palais de l’Élysée: «Il y a aussi une dimension économique, ils sont très fiers d’être un levier économique.» Ce ne sont pas tant les conseils du Président et du Premier Ministre sur des artistes qui «ont besoin d’êtres aimés» (classique) ni sur le fait de se «taper» des spectacles chaque soir (sic) qu’il faut retenir de cet échange révélateur. La culture doit se traduire en chiffres. Fleur Pellerin, qui avait travaillé sur les questions culturelles à la Cour des comptes, était en phase avec l’époque. 

Modèles économiques

Issue du CNC, Audrey Azoulay, la nouvelle ministre de la Culture appartient, comme Fleur Pellerin, davantage à cette catégorie de professionnels du «management public» appliqué à la culture qu’à celle des fondateurs des politiques culturelles en France. Elle est aussi le corollaire d’une soumission de la politique culturelle à l’hégémonie des grandes industries culturelles, qui contribuent à fixer un certain nombre de codes. Les compétences des deux dernières ministres de la Culture vont à la rencontre d’une évolution spectaculaire de la conception que notre société se fait de la culture. Cette évolution est induite par la mutation économique du secteur.

En trente ans, les industries culturelles et de communication sont montées en puissance: Amazon n’en est qu’un des nombreux exemples

Les exemples de cette nouvelle approche fusent. Dans le conflit qui oppose le ministère et le directeur du Théâtre de l’Aquarium, François Rancillac, il a été notamment reproché à ce dernier de ne pas avoir trouvé son «modèle économique», signifiant ainsi que l’impératif de démocratisation culturelle s’effaçait désormais progressivement devant d’autres impératifs, dont celui de la rentabilité. Peut-on par exemple envisager, en matière théâtrale, une politique favorisant l’émergence de nouveaux talents, de nouvelles formes, d'idées, si le premier critère retenu est économique? De manière rampante, c’est toute la logique, tout le maillage, des politiques culturelles de la Ve République qui est en train de disparaître avec elle.

Une nouvelle génération politique

Que l’on ne s’y trompe pas: l’enjeu n’est pas un simple enjeu droite-gauche. La droite, longtemps, n’a été que réactive face à la politique culturelle menée par la gauche. Sa frange extrême n’osait ni remettre en cause les fondamentaux hérités de Malraux ni affirmer farouchement une vision alternative des politiques culturelles (qu’elle ne pensait peut-être pas). Elle vouait aux gémonies Jack et Monique Lang. Trente ans après son passage Rue de Valois, Philippe de Villiers, secrétaire à la Culture du gouvernement Chirac en 1986-1987, ne cesse de se lamenter sur les Colonnes de Buren (qui ont remplacé, rappelons-le, un somptueux parking) et sur l’omniprésence des Lang pendant son aventure ministérielle. 

Il n’est cependant pas parvenu à diffuser dans le pays son modèle d’entrepreneuriat culturel (qui est objectivement un succès touristique vendéen considérable en même temps qu’une utilisation talentueuse et discutable de l’histoire par un parc à thème), fer de lance de son combat idéologique, à l’ensemble du pays. Ce qui se joue aujourd’hui, c’est l’idée même de politique culturelle.

Dans leur livre Main basse sur la culture, Michaël Moreau et Raphaël Porier montrent la mutation du monde de la culture dans tous ses aspects –cinéma, édition, spectacle vivant, musique– depuis trente ans. Alors que des politiques culturelles volontaristes de l’ère Jack Lang marquent encore à raison les esprits, en trois décennies, le marché a quant à lui envahi le monde de la culture. Il trouve désormais des alliés en une génération de responsables politiques pour lesquels création et diffusion culturelles ont partie liée avec l’entertainment davantage qu’avec la démocratisation culturelle ou avec l’idée d’émancipation. En trente ans, les industries culturelles et de communication sont montées en puissance: Amazon n’en est qu’un des nombreux exemples. Les politiques culturelles de demain doivent être pensées en conséquence.

Soupçons d'élitisme

Il n’est pas rare que les nouveaux édiles élus en 2014 expliquent aux équipes des théâtres locaux qu’il convient de faire «moins élitiste» et d’inviter des stars du one-man-show, la plupart du temps en ignorant totalement les réalités de l’économie des lieux du spectacle vivant. La culture doit permettre de «se détendre» et être rentable, voilà en substance ce que pensent certains élus les plus récents. La principale responsabilité dans la crise locale des politiques culturelles incombe à de nouvelles municipalités UMP-LR, UDI, ou divers droite (bien davantage qu’aux «anciennes» municipalités de droite, que l’on trouve davantage rangées à une conception de la culture encore influencée par l’héritage Malraux).

L’accusation «d’élitisme» fait florès et sert une logique de moins-disant culturel. Elle rejoint une autre tendance très préoccupante: les pressions exercées pour que certaines créations soient censurées

L’exemple du Blanc-Mesnil en Seine-Saint-Denis est fréquemment cité: Le Forum avait été, dès le début de son mandat, ciblé par le nouveau maire de la ville. Dans les Yvelines, les réductions budgétaires se sont succédées à un rythme effréné suscitant une mobilisation des équipes locales. À Viry-Châtillon en Essonne, à l’automne 2014, le nouveau maire de droite engagea une bataille visant à mettre fin aux activités de La Friche, lieu d’excellence et exemple de réussite concrète de l’idée de démocratisation culturelle. On pourrait dresser un impressionnant inventaire de ce type d’évolutions locales… 

L'utilitarisme de gauche

Cette offensive d’un grand nombre des nouvelles municipalités contre les politiques culturelles, contre les lieux et les équipes artistiques a d’évidents prétextes budgétaires qui s’ajoutent à une vision utilitariste de la création culturelle. L’accusation «d’élitisme» fait florès et sert une logique de moins-disant culturel. Elle rejoint une autre tendance très préoccupante: les pressions exercées pour que certaines créations soient censurées. Depuis le début des années 2010, on a assisté à une pression accrue sur les artistes. On se souvient des affaires Golgota Picnic de Rodrigo Garcia ou Sur le concept du visage du fils de Dieu de Romeo Castellucci, de celle plus récente d’Exhibit B, qui avait suscité une mobilisation parfois physiquement violente contre l’œuvre de Brett Bailey et les équipes l’accueillant alors (Théâtre Gérard Philip et 104). 

Il faut constater que les municipalités de gauche ne cèdent pas à ces demandes de censure. Les municipalités de droite sont souvent plus ambiguës, à l’image de la municipalité d’Angers lors de l’édition 2014 des Accroche-Cœurs. Toutefois, si la censure n’y progresse pas, la conception utilitariste de la culture se répand lentement quant à elle dans certaines équipes «de gauche». Cela rejoint la conception utilitariste du travail intellectuel et du rapport que la gauche entretient avec le monde de la recherche en sciences sociales par exemple. «Distraire et ne pas déranger» voilà ce qui de plus en plus demandé aux artistes.

Peu d'échos pour l'appel de la Colline 

Voici un peu plus d’un an, au Théâtre de la Colline, le monde du spectacle vivant s’était rassemblé pour lancer un appel «du 10 décembre» qui, hélas, de suscita pas d’électrochoc nécessaire à gauche ni dans la société. Les artistes constataient l’effritement constant du maillage culturel et s’inquiétaient pour le devenir des politiques culturelles.

Cette conception utilitariste et l’emprise grandissante du marché et des industries culturelles, largement répandues, laissent présager des heures sombres. Si la rentabilité immédiate et l’impact économique deviennent les principaux critères de jugement, on peut se faire du souci pour celles qui visaient jusqu’à récemment, d’abord, à promouvoir, selon les écoles, la «culture pour chacun» (Malraux et certains de ses successeurs) ou la «culture pour tous» (davantage incarnée par Jack Lang).

Depuis 2012, la gauche n’a su développer une grande politique culturelle en phase avec les enjeux

Toujours démocratiser

Malraux concevait la politique culturelle comme une mise en relation des œuvres, des artistes et des nouveaux publics qui n’y avaient jusqu’alors pas accès. Naquit ensuite l’idée «d’animation culturelle» (depuis très contestée puis combattue) qui trouva un prolongement sous le ministère de Jacques Duhamel par un développement culturel misant davantage encore sur la décentralisation. Ce n’est pas l’opposition de la «culture pour chacun» à la «culture pour tous» qui a été l’enjeu des politiques culturelles depuis un peu plus de trente ans. C’est leur existence même. 

Le fil rouge du consensus sur les politiques culturelles doit demeurer l’impératif de démocratisation culturelle qui pendant plus de quatre décennies a contribué à mailler le territoire national et à faire accéder à la culture un nombre croissant de citoyens. Il est symptomatique que, depuis 2012, la gauche n’ait su développer une grande politique culturelle en phase avec les enjeux. La destruction rampante des politiques culturelles s’est donc lentement poursuivie, sans prise de conscience ni sursaut…

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte