Culture

VIDÉO. Quand Boutros Boutros-Ghali était interviewé par le délirant Ali G

Temps de lecture : 2 min

Un extrait savoureux à (re)découvrir le jour où l'on apprend le décès de l'homme d'Etat égyptien.

Quand Boutros Boutros-Ghali a accepté de se faire interviewer par un dénommé Ali G, l'ancien premier Secrétaire général des Nations Unies (1992-1996) décédé ce mardi 16 février ne s'attendait sans doute pas à être le sujet d'un sketch.

Affublé d'une barbe et d'un bandana de rappeur –pour mieux coller à son personnage fictif de blanc passionné par la culture urbaine noire–, l'humoriste britannique Sacha Baron Cohen enchaîne les questions idiotes dans un épisode de Da Ali G Show diffusé en février 2003 et consacré à la guerre, sans pour autant déstabiliser l'Égyptien:

«Est-ce que Disneyland est à l'ONU?», «Quelle est la lanque la plus ridicule que vous ayez entendu à l'ONU?» ou encore, «Comment dit-on "shit" en Français?».

«Écoutez Bob Marley»

Mieux encore, l'homme politique se prend au jeu, jusqu'à participer à certaines blagues du faux journaliste. Dans l'épilogue de l'épisode, Boutros Boutros Ghali suit les instructions d'Ali G et répète aux jeunes spectateurs de «baisser les armes et d'écouter Bob Marley».

Dans une interview pour le New York Times publiée en 2004, Sacha Baron Cohen s'étonnait:

«Il ne cessait de me dire qu'il avait été une petite brute à l'école et il faisait l'idiot. [Les personnalités politiques] cherchent l'approbation d'Ali G. Ils sont dans la même pièce qu'un idiot, mais ils cherchent quand même son approbation. Comme si ça les rendait plus cool.»

Slate.fr

Newsletters

En se réappropriant un espace culturel blanc, Beyoncé et Jay-Z font entrer toute une communauté dans l’histoire de l’art

En se réappropriant un espace culturel blanc, Beyoncé et Jay-Z font entrer toute une communauté dans l’histoire de l’art

Le clip laisse penser que le R&B pourrait être de l’art au même titre qu’une toile du XVIe siècle.

Dans le futur, il ne restera de Griezmann et Pogba que des vitraux dans des églises

Dans le futur, il ne restera de Griezmann et Pogba que des vitraux dans des églises

C’est la vision que l’art contemporain m’a donnée du football à travers l’exposition «Par amour du jeu» aux Magasins généraux.

Faut-il encore défendre le rap?

Faut-il encore défendre le rap?

Cela fait trente ans que certains acteurs du milieu rap tentent d’expliquer ce qu’est réellement cette musique, devant des gens qui ne veulent rien entendre dans le but de servir une idéologie. La polémique sur Médine en est un nouvel exemple.

Newsletters