Culture

VIDÉO. Quand Boutros Boutros-Ghali était interviewé par le délirant Ali G

Temps de lecture : 2 min

Un extrait savoureux à (re)découvrir le jour où l'on apprend le décès de l'homme d'Etat égyptien.

Quand Boutros Boutros-Ghali a accepté de se faire interviewer par un dénommé Ali G, l'ancien premier Secrétaire général des Nations Unies (1992-1996) décédé ce mardi 16 février ne s'attendait sans doute pas à être le sujet d'un sketch.

Affublé d'une barbe et d'un bandana de rappeur –pour mieux coller à son personnage fictif de blanc passionné par la culture urbaine noire–, l'humoriste britannique Sacha Baron Cohen enchaîne les questions idiotes dans un épisode de Da Ali G Show diffusé en février 2003 et consacré à la guerre, sans pour autant déstabiliser l'Égyptien:

«Est-ce que Disneyland est à l'ONU?», «Quelle est la lanque la plus ridicule que vous ayez entendu à l'ONU?» ou encore, «Comment dit-on "shit" en Français?».

«Écoutez Bob Marley»

Mieux encore, l'homme politique se prend au jeu, jusqu'à participer à certaines blagues du faux journaliste. Dans l'épilogue de l'épisode, Boutros Boutros Ghali suit les instructions d'Ali G et répète aux jeunes spectateurs de «baisser les armes et d'écouter Bob Marley».

Dans une interview pour le New York Times publiée en 2004, Sacha Baron Cohen s'étonnait:

«Il ne cessait de me dire qu'il avait été une petite brute à l'école et il faisait l'idiot. [Les personnalités politiques] cherchent l'approbation d'Ali G. Ils sont dans la même pièce qu'un idiot, mais ils cherchent quand même son approbation. Comme si ça les rendait plus cool.»

Newsletters

Le meurtre de Jam Master Jay pourrait bien en cacher un autre

Le meurtre de Jam Master Jay pourrait bien en cacher un autre

En 2002, l'assassinat du DJ du groupe de hip-hop Run-DMC fut le point de départ d'une sinueuse affaire. Celle-ci semble aujourd'hui toucher à sa fin, et son issue pourrait coïncider avec l'élucidation d'un autre mystère plus ancien encore.

La faim, autant un moteur qu'une arme

La faim, autant un moteur qu'une arme

Crever la dalle, mourir d'inanition, avoir l'estomac dans les talons, claquer du bec: la sensation de faim, universelle et à la source de tant de passions humaines, est en passe de devenir une arme géopolitique entre les mains de la Russie.

Pourquoi «1984» d'Orwell cartonne dans les librairies russes

Pourquoi «1984» d'Orwell cartonne dans les librairies russes

Depuis le début de la guerre contre l'Ukraine, le roman est devenu en Russie un phénomène littéraire et un enjeu politique.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio