Culture / Monde

Pour les réfugiés, un prototype 3 en 1 «tente, manteau et sac de couchage»

Temps de lecture : 2 min

Un groupe d'élèves du Royal College of Arts a imaginé un «abri portatif» pour les migrants qui affluent en Europe. Il pourrait voir le jour d'ici juillet 2016 s'il trouve un financement.

Les étudiants de la Royal College of Arts présentent leur projet  | Crédit: Joshua Tarn
Les étudiants de la Royal College of Arts présentent leur projet | Crédit: Joshua Tarn

Un manteau qui se transforme en tente et en sac de couchage. C'est le prototype qu'ont mis au point des élèves du Royal College of Arts (RCA) de Londres, épaulés de leurs professeurs Harriet Harriss et Graeme Brooker. «Nous voulons développer une idée innovante destinée à tous et non seulement aux élites», expliquait Harriss à The Independent.

L'un des aspects plus difficiles de ce projet était de réussir à transformer le manteau en tente, explique un des élèves au Huffington Post. À l'intérieur se trouvent plusieurs poches imperméables dans lesquelles passeports et autres papiers précieux peuvent être placés.

Le manteau est fait de Tyvek, un matériau très résistant et souvent utilisé pour les combinaisons de protection. Il a un «rapport résistance/poids supérieur au papier, lit-on sur leur site. Il n'absorbe quasiment pas, voire pas du tout d'humidité, il est solide et résistant aux risques de déchirure et il est fait dans un matériau écologique.»


Le manteau se transforme en tente sous laquelle peuvent entrer plusieurs personnes | Crédit: Joshua Tarn

Harriet Harris soutient au HuffPost que cet abri «s’adapte aux conditions que peuvent rencontrer les réfugiés au cours de leur périple de deux à cinq semaines.» Pour y arriver, les étudiants sont entrés en contact avec Médecins sans Frontières pour pouvoir comprendre à quels besoins devaient répondre leur projet.

Le manteau peut également se transformer en sac de couchage. | Crédit: Joshua Tarn

La production de ces manteaux multifonction devrait commencer en avril 2016 pour qu'ils soient distribués en juillet 2016, avec le partenariat de la marque britannique Wall London. Le coût de production de chacun de ces manteaux s'élève à environ 100 livres sterling (soit 128 euros). Le montant nécessaire pour lancer le projet est de 385.000 euros. Les élèves ont donc lancé un appel aux dons sur Kickstarter, une plateforme de financement participatif. La date limite fixée est le 19 février 2016. Pour l'heure, toutefois, ils n'ont récolté qu'un peu mois de 15.000 euros.


Aperçu de la présentation Kickstarter du projet | via Kickstarter.com

Malgré la bonne intention du projet, certains estiment qu'il n'est pas assez pratique. Nick Harvey, bénévole pour l'association Doctors of the World, se dit dubitatif. «C'est mieux que rien, mais il n'a pas l'air adapté pour les rudes conditions auxquelles beaucoup de réfugiés font face. Ce n'est certainement pas un abri adapté pour un adulte avec un enfant», déclare-t-il à The Guardian.

Certains pensent que ce n'est pas nécessaire pour braver le froid. | Crédit photo: Joshua Tarn

«C'est bien qu'ils essayent d'aider, mais c'est inutile quand on traverse les Balkans avec une température de moins dix degrés.» Le bénévole a ajouté que ce manteau multifonction «semble plus approprié pour aller à un festival, ou même pour les SDF britanniques». La professeure qui a soutenu les élèves a déclaré au Huffington Post que le projet ne règle pas tout le problème, mais le met en lumière.

Slate.fr

Newsletters

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

Les convives au grand débat à l'Élysée, accessoires à la mise en scène de Macron

La rencontre organisée par le président rappelle les entretiens entre Diderot et Catherine de Russie où le penseur ne servait que de caution à une souveraine déterminée à n'en faire qu'à sa tête.

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

Plusieurs musées refusent les dons de la famille Sackler, propriétaire d'un laboratoire d'opioïdes

La firme produit notamment l'OxyContin, un anti-douleur surpuissant qui tuerait plus de cent personnes par jour aux États-Unis.

Vingt ans après, les films de 1999 impressionnent toujours

Vingt ans après, les films de 1999 impressionnent toujours

«Matrix», «Fight Club», «Eyes Wide Shut» et «Sixième Sens» ont 20 ans. Fleurons d’une exceptionnelle année, ces films américains exprimaient brillamment les angoisses de la fin de siècle.

Newsletters