Partager cet article

En hiver, votre cerveau est plus efficace

Cerveau | A health blog via Flickr CC License by CC

Cerveau | A health blog via Flickr CC License by CC

Si l'activité cérébrale est réduite pour certaines tâches en cette partie de l'année, les participants d'une étude étaient tout aussi capables de les effectuer qu'en été.

C’est quasi physique, nous le ressentons: quand il fait froid en dehors de la couette, nous avons beaucoup moins envie d’en sortir. Beaucoup moins envie aussi de gambader dans la rue. Et nous sommes persuadés que l’hiver est la saison de la déprime: après tout, études et articles nous le répètent régulièrement. De là à penser que nous sommes plus lents d’esprit et que notre cerveau fatigue, il n’y a qu’un pas, régulièrement franchi. 

C’est pourtant loin d’être le cas, avance le New York Magazine. Notre cerveau est même plus performant en hiver, plaide l’article, qui s’appuie sur une étude de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Résultats similaires aux tests en hiver ou en été

L’étude est une des premières du genre et repose sur un petit échantillon de personnes: seulement 28 participants dont on a étudié les réactions cérébrales, le niveau d’intelligence et l’humeur à différentes périodes de l’année. 

Les cobayes étaient soumis à deux tests. Le premier était un test de vigilance dans lequel il fallait presser un bouton le plus vite possible lorsqu’un chronomètre apparaissait à l’écran. Le deuxième était un test de mémoire. Or les participants ont obtenu des résultats similaires à différents moments de l’année. Et leur humeur était au plus bas en automne, pas en hiver, déjouant certains clichés.  

Le cerveau en «mode éco» l'hiver?

L’activité cérébrale était un peu inférieure en hiver et maximale en été pour le test de vigilance. Mais, pointe le New York Magazine, cela ne signifie pas que les volontaires étaient moins intelligents ou performants à ce moment-là, puisqu’ils ont obtenu des résultats identiques. 

«Cette réduction de l’activité cérébrale en hiver peut être vue comme une amélioration de l’efficacité du cerveau», explique l’article, puisqu’avec moins d’énergie le cerveau est tout aussi performant. Il entrerait ainsi dans une sorte de «mode éco», suggère le journaliste spécialiste, qui précise qu’il s’agit là de son interprétation personnelle.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte