Partager cet article

Pour les pilotes de ligne britanniques, les lasers devraient être considérés comme des armes offensives

 Récemment, les désagréments en avion causés par des lasers augmentent.  | Kevin Doncaster via Flickr CC License by Creative Commons

Récemment, les désagréments en avion causés par des lasers augmentent. | Kevin Doncaster via Flickr CC License by Creative Commons

Les incidents se multiplient mettant potentiellement en danger la vie des passagers.

C'était la fois de trop. Dimanche 14 février, un avion de la Virgin Atlantic Airlines qui reliait Londres à New York a dû faire demi-tour. La cause? Un des pilotes a été touché par un faisceau laser qui l'a ébloui. La compagnie a communiqué que le pilote s'est senti mal et que cet incident lui a causé des «problèmes de santé», rapporte la BBC. Les pilotes ne veulent pas laisser passer cet abus. L'Association des pilotes de la British Airline (Balpa) a appelé à ce que le port de laser soit réglementé. Ils estiment qu'ils doivent être considérés comme des armes au vu des effets qu'ils ont sur les pilotes. Une déclaration de  Jim McAuslan, secrétaire général de la Balpa, a été postée sur leur site:

«Ce n'est pas un accident isolé. Les avions sont attaqués avec des lasers avec une fréquence alarmante, et ces lasers sont de plus en plus puissants. [...] Pointer un laser sur un avion met l'avion, l'équipage et les passagers en danger sans raison. [...] Les lasers modernes peuvent aveugler, distraire et éblouir le pilote durant les phases critiques du vol.»

McAuslan a «réitéré son appel au gouvernement pour classer les lasers comme des armes offensives». Selon lui, cette décision donnerait également plus de pouvoir à la police pour arrêter les personnes dont la possession de laser n'est pas justifiée.

Une hausse des incidents depuis quelques années

Ce phénomène ne se limite pas à la Grande-Bretagne. En France, les incidents liés aux lasers sont de plus en plus courants. Le 4 février 2016, le Dauphiné Libéré rapportait qu'un avion de la compagnie HOP approchait de l'aéroport Lyon Saint-Exupéry lorsque le pilote a signalé avoir été visé par un laser vert. Même si l'avion a pu néanmoins atterrir. Une enquête a été ouverte pour retrouver l'auteur.

En décembre à Perpignan, cinq jeunes âgés de 13 à 21 ans ont été interpellés par la police pour avoir ébloui pilotes et employés de la tour de contrôle. Le «contrôleur aérien en poste à ce moment-là est obligé de se protéger pour pouvoir gérer les arrivées des avions», écrivait le journal L'Indépendant. Des incidents similaires s'étaient produits auparavant. En novembre, un homme de 22 ans a été condamné à 140 heures de travaux d'intérêts général pour avoir pointé un laser de catégorie 2 sur un avion de la compagnie KLM. 

En France, ces types de pointeur laser ne sont pas homologués. Acheter, détenir ou utiliser un laser de catégorie 2 ou supérieure est passible de six mois d'emprisonnement et jusqu'à 7.500 euros d'amende, selon l'article 68 de la loi n° 2011-267 du 14 mars 2011.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte