Partager cet article

Periscope et Twitter peuvent féliciter le footballeur Serge Aurier

Logo de l'application Periscope.

Logo de l'application Periscope.

Grâce au dérapage du footballeur du PSG, l’application a connu un regain de popularité en France.

Dans la soirée du samedi 13 février, le footballeur ivoirien Serge Aurier, latéral droit du PSG, s'est complètement lâché lors d’une session question-réponse avec des fans en direct sur l'application Periscope. «C’est une fiotte!», lancera-t-il notamment quand un internaute lui demande si Laurent Blanc, son entraîneur au PSG, «fait souvent la folle ou pas?». Évidemment, quelques fans parmi les 3.500 spectateurs du live, instant éphémère donc, ont décidé d’enregistrer la vidéo et de la publier sur YouTube, provoquant la polémique que l’on connaît aujourd’hui, entre excuses maladroites et suspension prolongée.


Lancée le 26 mars 2015, l'application Periscope, créée par Kayvon Beykpour et Joseph Bernstein et rachetée par Twitter (pour un montant allant de 75 à 100 millions de dollars), permet de diffuser de la vidéo en direct à ses abonnés Twitter ou à un groupe restreint de personnes. Les personnes présentes sur l’application peuvent alors poser des questions ou tout simplement envoyer des cœurs à l’auteur du live. Le Point explique que le but initial de Periscope était de permettre la couverture en direct d’événements. Mais l’application a plus fait parler d’elle pour des moments d’incongruité totale. Le 6 janvier, des milliers de personnes ont regardé des passants tenter de contourner une gigantesque flaque à Newcastle en Angleterre. Et il y a quelques jours, un prisonnier de Luynes (Bouches-du-Rhône) s’est filmé en toute discrétion depuis sa cellule via Periscope pour répondre aux questions des internautes.

En tête sur l'AppleStore

Sauf que, que ce soit pour la flaque, le prisonnier ou le footballeur, il est extrêmement facile d’enregistrer la vidéo, censée disparaître quelques heures après sa diffusion, et de la publier sur YouTube pour la postérité. C’est ce qui est arrivé à Serge Aurier. Si peu de monde au final était en ligne lors du direct, les reprises sur YouTube, sur les réseaux sociaux et dans les médias ont fini de graver dans les serveurs le dérapage du joueur. Mais si le joueur a dû payer sa maladresse, l’application (et donc Twitter) a pleinement profité de sa mésaventure. Ces dernières heures, plusieurs personnes ont déclaré avoir découvert et téléchargé Periscope grâce à l’affaire Aurier.


Sans compter le regain d'exposition médiatique.

L’effet semble avoir été tel que l’application Periscope est remontée en tête des applications gratuites les plus téléchargées sur l’App Store d’Apple, devant Snapchat ou Facebook. 

Twitter like

Un petit regain de popularité qui confirme la popularité de l’application. Quatre mois après sa sortie, en août dernier, ses créateurs affirmaient avoir déjà 10 millions d’utilisateurs et que l’équivalent de quarante années de vidéos étaient visionnées chaque jour. Il s’agit de chiffres mondiaux, mais un rapide coup d’œil sur Google Trends permet de se rendre compte de l’intérêt tout récent, mais croissant, des Français pour l’application.

Dernier détail, très important: il est indispensable d’avoir un compte Twitter pour utiliser Periscope. Ce qui veut dire que ces vidéos enregistrées et republiées ailleurs, aussi scandaleuse soient-elles, ne permettent pas seulement d’accroître la popularité de Periscope, mais aussi celle de sa maison mère Twitter. De plus, quand on sait que cette dernière perd de plus en plus d’utilisateurs, la bêtise d’Aurier est plus que bienvenue pour le réseau social américain.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte