Partager cet article

En 2012, Laurent Blanc mettait déjà ses joueurs en garde contre les réseaux sociaux

Le défenseur parisien Serge Aurier a, entre autres, traité son entraîneur de «fiotte» sur Periscope au lieu de suivre ses judicieux conseils sur l’attitude à avoir sur les réseaux sociaux.

Serge Aurier a connu de meilleurs jours. Le latéral droit du PSG a été mis à pied par son club après la diffusion de la vidéo Periscope, où on peut le voir insulter son entraîneur, Laurent Blanc, et s’en prendre à quelques-uns de ses coéquipiers –dont le gardien remplaçant, Salvatore Sirigu.

Laurent Blanc n’a pas encore réagi, mais le sujet devrait être au cœur de sa conférence de presse en milieu d’après-midi ce lundi 15 février, à la veille du huitième de finale aller de Ligue des champions, face à Chelsea. L’entraîneur parisien avait, par ailleurs, déjà exprimé ses réserves sur les réseaux sociaux. Alors qu’il était sélectionneur de l’équipe de France, à la veille de l’Euro 2012, RMC rappelle qu’il avait fait part de ses craintes sur le sujet, dans le Journal du Dimanche:

«Vous avez un devoir de confidentialité. Il y a danger à s’épandre sur Twitter, Facebook ou des blogs. Il faut avoir une vigilance extrême en ces temps de vie commune. Ça peut partir en vrille pour une réflexion, un état d’âme, dont les médias s’empareront tout de suite.»

Devoir de réserve

RTL indiquait à l’époque qu’aucun joueur de la sélection n’aurait le droit d’utiliser les réseaux sociaux le temps de la compétition:

«Cette décision peut surprendre, dans le sens où ces mêmes joueurs tweetent à longueur d’année l’actualité de leurs clubs respectifs. Ce devoir de réserve ne s’appliquerait donc, pour le moment, qu’à la sélection nationale.»

Deux ans plus tard, lors de la Coupe du monde, Didier Deschamps avait demandé à ce que ses joueurs fassent preuve de «bon sens» dans leur utilisation des réseaux:

«Dire bonjour, au revoir, il fait beau, pas de souci. Mais il y a d’autres contenus qui peuvent être repris, il ne faut pas tout écrire… Ce qui est important pour moi, c’est de préserver le groupe et l’intérêt collectif.»

Chaperon

Serge Aurier n’est d’ailleurs pas tout à fait étranger aux sorties ratées sur les réseaux sociaux. En 2015, il avait été suspendu par l’UEFA et ainsi privé de quart de finale après avoir insulté l’arbitre du match Chelsea-PSG, qui avait expulsé Zlatan Ibrahimovic en début de match après un tacle sur le Brésilien Oscar.

 

Reste que, même en prenant les plus grosses précautions, des boulettes finissent toujours par se produire. Dans un long article de Libération, on apprenait par exemple qu’un chaperon surveille le défenseur ivoirien pour éviter que de telles choses ne se produisent:

«Manque de bol, celui-ci était en vacances en Thaïlande ces derniers jours, et d’autres ont comblé le vide.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte