Une trentenaire a engagé quelqu’un pour gérer ses profils sur les sites de rencontre

Katerina Lyadova souhaite que quelqu’un passe sept heures de sa semaine à s’occuper de ses profils sur Tinder et OkCupid | Anonymous via Pexels CC (domaine public)

Katerina Lyadova souhaite que quelqu’un passe sept heures de sa semaine à s’occuper de ses profils sur Tinder et OkCupid | Anonymous via Pexels CC (domaine public)

Une jeune femme a fait passer des entretiens d’embauche afin de sous-traiter la gestion de ses profils sur Tinder et OkCupid.

Si vous en avez marre de parler avec des gens qui n’ont rien en commun avec vous et si la simple idée de remplir un profil Tinder vous emplit d’angoisse, une jeune femme de Toronto a peut-être la solution pour vous.

BuzzFeed raconte que Katerina Lyadova, 30 ans, a ainsi décidé de laisser une autre personne en charge de ses différents profils sur des sites et applications de rencontre:

«Katerina Lyadova a posté une annonce sur Craigslist (un site américain de petites annonces) le mois dernier où elle annonçait chercher un “gérant de profils de sites de rencontre”. En clair: elle voulait que quelqu’un passe sept heures de sa semaine à s’occuper de ses profils sur Tinder et OkCupid mais aussi prenne des rendez-vous. En retour, cette personne gagnerait douze dollars [onze euros] de l’heure.»

Sur sa petite annonce, postée le 8 janvier dernier, on pouvait ainsi lire que, si le gérant «trouve une personne qui permet de construire une relation sérieuse, alors [il aura] un bonus. Si cette relation est celle de [sa] vie, [il gagnera] un double bonus.»

Déléguer

Comme le raconte The Star, elle a donc finalement confié ses données personnelles et exigences entre les mains d’une étudiante, après avoir reçu trente candidatures et fait passer un entretien à huit personnes.

Le quotidien canadien précise que Katerina Lyadova «a récemment découvert les joies de déléguer du travail et prévoit d’appliquer les mêmes leçons à sa vie personnelle».

Le site précise que c’est cette même constatation qui se trouvait derrière la création d’une des premières entreprises de sous-traitance de rencontres en ligne. En novembre 2014, Vice s’était intéressé à la même entreprise, VirtualDatingAssistants.com, quand un de ses journalistes racontait qu’il avait engagé une équipe d’assistants pour gérer ses relations en ligne. Le résultat était assez mitigé.

En 2015, c’est le podcast StartUp qui s’était de son côté intéressé à une autre jeune entreprise, Dating Ring, qui proposait qu’un entremetteur trouve la bonne personne pour ses clients.

Pour en revenir à Katerina Lyadova, BuzzFeed indique qu’elle a pour l’instant eu trois rendez-vous et que l’un d’eux s’est assez bien passé pour partir sur un deuxième. «Mais, pour l’instant, elle voit cela plus comme une expérience que comme une recherche de l’amour.»

Partager cet article