Covenant Eyes, l'appli qui prévient vos proches si vous matez du porno

Capture d'écran du site de Covenant Eyes.

Capture d'écran du site de Covenant Eyes.

Derrière ce drôle de concept: des chrétiens évangéliques américains.

Pour certains, c'est le paradis. Pour d'autres un enfer. Le site américain Motherboard s'est penché sur une drôle d'appli: Covenant Eyes. Imaginée par des chrétiens évangéliques aux États-Unis, celle-ci a pour mission de tenter de réguler votre consommation de contenus jugés «déviants». Pour cela, elle ne compte pas sur votre autorégulation. Non, la méthode n'est pas assez efficace pour juguler vos esprits pervers. Mais plutôt sur la honte et le jugement d'autrui.

Le principe de Covenant Eyes –appli compatible avec les smartphones, tablettes ou votre ordinateur–, est simple. Pour 10 dollars par mois, un rapport est envoyé à la personne de votre choix. Tant qu'à faire autant que ce soit votre époux(se) ou votre meilleur(e) ami(e). Dans celui-ci est détaillé ou bien vos horaires de connexion ou bien les sites aux contenus très adultes que vous avez visité. L'application à usage familial peut aussi filtrer certains contenus. Enlever ce verrou, c'est une ligne dans le rapport de plus. Et n'essayez pas de naviguer en mode privé. Ça ne changera rien.

«Game of Thrones», c'est déjà du porno

Pris d'une folle envie de regarder un film porno ou un épisode de Game of Thrones (à peu près la même chose au regard de Covenant Eyes), appuyez donc sur le bouton panique spécialement dédié. Vous n'aurez plus du tout accès à internet jusqu'à ce que vous appeliez Covenant Eyes et qu'il vous autorise de nouveau à surfer. Il vous en coûtera simplement une petite confession.

Le plus triste raconte Motherboard, c'est que certains opérateurs de service techniques se retrouvent pris en pleins conflits de couple avec d'un côté le mari qui demande une restauration complète de leur système pour se débarrasser de l'appli et de l'autre leur épouse qui exige qu'elle soit réinstallée avec. Un employé de Covenant Eyes en convient: pour que le système soit vraiment efficace à créer un dialogue sur sa consommation de contenus, il vaut mieux que les deux parties soient consentantes.

Partager cet article