Partager cet article

Kanye West, «The Life of Pablo» et le chaos créatif de la vie

Kanye West, le 11 février au Madison Square Garden de New York. DIMITRIOS KAMBOURIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Kanye West, le 11 février au Madison Square Garden de New York. DIMITRIOS KAMBOURIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le septième album du rappeur américain, «The Life of Pablo» est une réussite, mais il a longtemps été noyé dans un incompréhensible chaos créatif et marketing.

Cet article sera mis à jour en fonction des excès de folie de Kanye West. 

C’était son rêve depuis longtemps. Ce jeudi 11 février, le rappeur Kanye West est monté sur la scène du mythique Madison Square Garden à New York pour présenter à son public (et au monde entier en direct dans de nombreux cinéma), sa nouvelle collection de vêtements, mais surtout son nouvel album intitulé The Life Of Pablo. Penché sur son ordinateur, le rappeur alternait entre la diffusion de ses morceaux, des prises de parole mystiques et quelques soucis techniques. Le tout formait un joyeux bordel, mais l'on pouvait lire dans les yeux de Kanye la joie d’arriver au bout du difficile accouchement de son album.

«Cet album est un album de gospel, a-t-il déclaré au public. Cela n’aurait pas pu arriver sans le soutien de Dieu… C'était une lutte, et je me sens vraiment heureux et béni de pouvoir suivre mes rêves sans que les gens me chient dessus.»

Une lutte. Le mot est parfaitement choisi car la sortie de l'album de ce début d'année a été éprouvante pour les fans de Kanye West. Pour bien comprendre ce qu’il s’est passé sur la scène du Madison Square Garden, il faut remonter un peu en arrière. En novembre 2013, quelques mois à peine après la sortie du très expérimental Yeezus, West se confie à une radio de Philadelphie: «Je n’ai pas encore trouvé le nom de mon prochain album, mais j’ai commencé. (...) J’écris des trucs philosophiques tout le temps donc je vais penser à des choses et constamment… Dès que je pense à un truc je l’écris. Je suis en train de travailler dessus.» À partir de cette date-là, la naissance du fameux album a été chaotique, une succession de rumeurs, de réécriture et d’hésitations.

«Ne fais pas un beat de rap. Tout sauf un beat de rap»

En avril 2014, de premières informations, a priori crédibles, fuitent. Dans un long portrait du magazine Self-Titled, le producteur Evian Christ, qui avait déjà travaillé sur Yeezus, raconte la façon de travailler de celui qui se considère comme le plus grand rappeur vivant:

«Kanye est un mec qui te dit genre: “Ce n’est pas assez expérimental. C’est trop pop. Fais quelque chose d’autre. Les autres répondent: “On ne comprend pas. C’est un rêve de travailler avec lui. Personne d’autre ne vous donne un tel niveau de créativité. Quand il veut que vous travailliez sur plan de travail, le plan c’est “Ne fais pas un beat de rap. Tout sauf un beat de rap.»

Plus loin dans l’interview, Christ dira d’ailleurs que Kanye lui avait envoyé un e-mail la veille pour lui demander un beat dans le style d’Otis Redding et de Mobb Deep. Des informations sensibles car le lendemain, dans un tweet rapidement effacé après, Christ dira: «Putain ces articles. Seul Kanye sait à quoi ressemblera son prochain album. J’en sais rien. J’envoie juste des beats. Honnêtement, n’y lisez pas trop de choses.» Le mystère reste donc complet.

Côté production, on entendra ensuite le rappeur Q-Tip affirmer que Rick Rubin (connu pour ses productions dans le milieu du rap et du heavy metal et déjà aux manettes de Yeezus) et lui produiraient l’album. Theophilus London, rappeur et collaborateur de «Yeezy», dira dès septembre 2014 que son ami a joué l’album trois fois pour une vingtaine de personnes lors de la Paris Fashion Week. Plus dingue encore, une histoire racontée fin 2014 par l’acteur Seth Rogen, qui avait parodié un clip de Kanye West. Pas rancunier, le rappeur l’aurait invité dans sa limousine pour chanter sur les beats de l’album pendant deux heures. Rien que ça.  

 

#BringYourDaughterToWorkDay

Une photo publiée par Kim Kardashian West (@kimkardashian) le


En août 2014, Kim Kardashian prendra cette photo de sa fille et de son mari lors d’un session en studio.


Après plus d'un an de rumeurs, enfin des morceaux

Après des mois de rumeur, les choses commencent à bouger début 2015. D'abord parce que Kanye West dit dans une interview qu'il «essaie de finir» son album, ce qui, en soi, est un grand pas en avant. Et ensuite parce que, après plus d’un an de travail, le rappeur diffuse «Only One» en duo avec Paul McCartney et «FourFiveSeconds» avec Paul McCartney toujours et Rihanna (qui ne seront finalement pas sur l’album) et livre une première chanson que l’on retrouve dans la tracklist finale: «Wolves». Lors du 40e anniversaire du «Saturday Night Live», le rappeur livre une prestation étonnante, accompagné par Sia et Vic Mensa.


Le titre de son album et un artwork de pochette d’album sont dévoilés. Ce sera So Help Me God, «que Dieu me vienne en aide»

Quand on connaît la suite, on peut légitimement penser qu’il s’agissait surtout d’un appel à l’aide pour affronter la création de son album, devenu véritable serpent de mer.

Entre mars et septembre 2015, il va présenter deux nouveaux morceaux, «All Day» et «Fade» lors des Brit Awards et d’un défilé de mode à New York. Vont suivre alors quelques mois paisibles, entre la naissance de son fils Saint et son audition amusante dans l’émission de télé-crochet «American Idol». Le seul moment un peu étrange et mystique de sa fin d’année concerne les attentats de Paris. En 2013, on pouvait l’apercevoir en train de porter un T-shirt où l’on pouvait lire «Pray For Paris», un slogan repris deux ans plus tard par internet après les attaques multiples dans la capitale. Certains complotistes l’accuseront d’être un complice de Daech, alors que «Pray for Paris» est en fait une marque qui existe depuis plusieurs années.

Au tournant de l'année 2016, West accélère la cadence via la plateforme Soundcloud. Il sort d'abord «Facts», puis les excellents «Real Friends» et no «More Parties in L.A.». Seulement voilà, cette accalmie ne convenait pas à West. Et dans les semaines qui ont suivi, nous avons assisté à un déferlement de propos incompréhensibles dont seul un génie égocentrique comme Yeezy pouvait en être l’auteur.

Après avoir affirmé, puis démenti, que son album serait le plus grand album de tous les temps, il a multiplié les sorties, toutes plus étranges les unes que les autres. Sur Twitter, il a passé son temps à provoquer (en moquant son rival Wiz Khalifa et son ex Amber Rose, ou en affirmant que Bill Cosby est innocent des charges de viols qui pèsent contre lui) mais une autre affaire à fait tourner la tête à ses fans: le titre de son album.

Quatre titres d'albums avant d'être satisfait

Après So Help Me God, Kanye West avait opté pour Swish. Le 27 janvier, il publiait un bout de papier raturé dans tous les sens, signe de son incertitude, où l’on pouvait voir un Swish barré et remplacé par Waves.

Face à l'inconstance de son mari, sa femme Kim Kardashian a demandé à ses abonnés Twitter de voter pour le meilleur titre. Finalement, après moult réflexion, et à quelques heures à peine de la sortie mondiale, il a opté pour un titre mystérieux (TLOP, The Life of Pablo, «La vie de Pablo») et un artwork intriguant puisqu’il ressemble à une typographie utilisée en 2012 par le rappeur Shirt.

Qui pourrait aussi être ça:


Entre en scène, l'«homme le plus détesté d'Amérique»

Restait donc ce show, censé lancer dans le monde entier l’album que tout le monde attend. Mais même là, rien ne s’est passé comme prévu. Et en plus d’avoir dû gérer une polémique autour d’une parole sur la chanteuse Taylor Swift, il doit maintenant affronter le plus grand troll de l’industrie du rap: l’entrepreneur pharmaceutique Martin Shkreli. Celui qu’on surnomme «l’homme le plus détesté d’Amérique» s’est fait connaître pour avoir fait bondir le prix des médicaments contre la toxoplasmose et le paludisme de 5.400% en août dernier. Grand fan de rap, il avait acheté l’unique exemplaire de l’album du Wu-Tang Clan pour deux millions de dollars. Aujourd'hui, il a décidé de s’attaquer à Kanye et Pablo. Sur Twitter, il a annoncé vouloir acheter l’album de West pour dix millions de dollars, pour empêcher au monde entier d’en profiter.

Dans un autre tweet, l’homme affirmait que le label de Yezee était «légalement» obligé de considérer son offre, et que cela allait repousser la sortie de quelques jours. Etant donné le talent de trolling de Shkreli, on peut douter de la véracité de ses propos. Il n’empêche, cette offre symbolise le paroxysme chaotique de la fabrication de ce septième album.

Work in progress

Mais Kanye West n'a pas besoin de l'appui d'autrui pour créer de nouveaux rebondissements. Ainsi, alors que tout le monde s'attendait à ce que le disque soit finalement mis en vente le 11 février dans la foulée de la session d'écoute, Yeezy décide ce vendredi 12 février de changer une nouvelle fois la tracklist.

Pour rappel, il tweetait quelques jours plus tôt:

On pouvait trouver étrange que tous les morceaux sortis les mois précédents n’aient pas été retenus dans un premier temps. Surtout que sur «No More Partie In L.A.», il faisait des références directes au titre de l'album.

Dans une autre série de tweets, Kanye West a également rapproché le titre de l'album à la vie de saint Paul.

Ce vendredi 12 février, en attendant la sortie officielle du disque donc, il publie «30 Hours» dans le cadre de sa série de chansons mises en ligne gratuitement chaque vendredi. Le morceau doit normalement faire partie de la tracklist finale.

 

Le dimanche 14 février, l'attente est-elle définitivement terminée? L'album est mis en ligne en exclusivité sur la plateforme Tidal, qui renvoie également vers le site de l'artiste. Mais là, rien d'autre pour l'heure qu'un message de Yasiin Bey (anciennement Mos Def).

Dans tous les cas, en quelques jours à peine, une grande partie de l’album entamé il y plus de deux ans semble avoir a été remaniée. Un process chaotique qui n'est pas sans rappeler la fabrication de Yeezus. Le producteur Rick Rubin avait confié que Kanye West lui avait laissé seulement deux semaines pour finalier le disque. Il avait alors des bouts de chansons s'amonçant à plus de trois heures de musique. Tout s'était fini dans l'urgence.

«Un artiste tendre, peu sûr de lui»

On savait Kanye West mégalo, mais son épanchement créatif sur les réseaux sociaux montre une autre facette de sa personnalité, celle d'un homme perfectionniste et profondément angoissé. Il y a quelques jours, un collaborateur de longue date de l’artiste, L.A. Reid, a publié un livre dans lequel on pouvait lire:

«Malgré la vision qu’en a le public, il y a beaucoup de choses que les gens ne comprennent pas sur lui. Je connais la mère de Kanye, et il a été bien élevé. La vérité, c’est que, sous la personne que Kanye projette, se cache un artiste tendre et peu sûr de lui, qui veut prouver qu’il travaille dur pour être un grand.»

Avec cet album, Kanye West a réussi son pari, et s’inscrit un peu plus dans la légende du rap. Les fans vont désormais pouvoir souffler un peu avant de faire pression sur un autre artiste, très attendu: Frank Ocean. À la fin de «Wolves», dernier morceau de The Life of Pablo diffusé au Madison Square, les fans auront reconnu sa voix, qu’il n’avait pas entendue dans un morceau depuis longtemps. Souffrant des mêmes difficultés que West pour finir son album, Ocean avait d’abord annoncé le sien pour l’été 2015 avant de reporter sa mise en ligne… à une date inconnue. On lui souhaite bien du courage.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte