Sciences

Certains oiseaux australiens seraient pyromanes

Temps de lecture : 2 min

Les communautés aborigènes et certains passionnés d’ornithologie affirment que des oiseaux de proie répandent les feux de brousse.

Faucon bérigora dans le Parc du désert d'Alice Springs | Richard Fisher via Flickr CC License by

Il y a eu Les Oiseaux d’Hitchcock; il pourrait bientôt y avoir Les Oiseaux pyromanes. Bob Gosford, un avocat australien passionné d’ornithologie, affirme que certains oiseaux peuvent volontairement étendre des feux de broussailles.

Newsweek relate la collaboration entre Bob Gosford et Mark Bonta, géographe culturel à la Penn State University. Les deux hommes affirment qu’il est «bien connu» parmi les communautés aborigènes et les pompiers du nord de l’Australie que certains faucons bérigora et milans noirs, deux espèces de rapaces, se servent des incendies pour faire sortir leurs proies de la végétation:

«Ce n’est pas un acte gratuit, précise Bob Gosford dans le Washington Post. Il y a une raison. Il y a l’intention de dire, d’accord, on est plusieurs centaines sur le coup, on peut tous choper un casse-croûte.»

Leurs recherches manquent toutefois de preuves. Le constat de Bonta et Gosford repose sur quinze témoignages d’aborigènes et de pompiers qui affirment avoir vu des oiseaux récupérer des branches en feu pour les laisser tomber plus loin. Certains textes viennent aussi corroborer ces indications.

Le duo souhaite désormais obtenir la preuve vidéo de la pyromanie des faucons bérigora et des milans noirs. Cela leur permettrait peut-être de publier leurs recherches dans un journal scientifique, un article qu’ils aimeraient cosigner avec la communauté aborigène.

Slate.fr

Newsletters

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Abdus Salam, premier prix Nobel musulman, renié par le Pakistan

Le scientifique pakistanais a contribué à la découverte majeure du boson de Higgs. Mais dans son pays d'origine, rares sont les personnes qui lui rendent hommage.

Il est possible d'hériter de plus d'ADN d'un parent que de l'autre

Il est possible d'hériter de plus d'ADN d'un parent que de l'autre

En étudiant l'ADN de plus de quatre millions d'individus, des scientifiques découvrent que de nombreuses personnes vivent avec des anomalies chromosomiques non détectées.

Antarctique, la fin du miracle français?

Antarctique, la fin du miracle français?

Alors que la course au pôle Sud bat son plein, la politique française appliquée dans la zone stagne dangereusement.

Newsletters